Chambres à louer bientôt dans la maison du tueur en série du "Silence des agneaux", aux Etats-Unis

La maison du tueur en série "Buffalo Bill", à Perryopolis - Pennsylvanie -, le 11 janvier 2016
La maison du tueur en série "Buffalo Bill", à Perryopolis - Pennsylvanie -, le 11 janvier 2016 Tous droits réservés Keith Srakocic/AP
Tous droits réservés Keith Srakocic/AP
Par Joël Chatreau
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Si vous aimez le cinéma, mais surtout vous faire peur, vous pourrez bientôt louer une chambre dans une grande demeure, datant de 1910, à Perryopolis, en Pennsylvanie. C'est là que vivait et assassinait le tueur en série surnommé "Buffalo Bill", et où le film "Le Silence des agneaux" a été tourné.

PUBLICITÉ

"Chambres à louer dans une grande demeure de 216 m2, vieille de plus d'un siècle et devenue célèbre grâce au cinéma" : c'est ce genre d'annonce que l'on devrait voir bientôt dans la petite ville de Perryopolis, située dans la grande banlieue de Pittsburgh, en Pennsylvanie. Mais attention, ceux qui seront tentés d'y séjourner pourraient bien partir en courant (très vite) une fois la visite terminée... ou bien s'ils restent, c'est qu'ils auront le coeur dur et l'estomac bien accroché.

Cette maison, à priori banale de l'extérieur, est en effet hantée par un tueur en série américain qui y a laissé son surnom de "Buffalo Bill" en lettres de sang. Le psychopathe, et anthropophage à ses heures, n'est autre que le terrifiant assassin de femmes qui a inspiré Hannibal Lecter, le personnage principal de l'inoubliable film "Le Silence des agneaux" ("The Silence of the Lambs").

Anthony Hopkins, dans le rôle d'Hannibal Lecter, et Jodie Foster, qui interprète une jeune enquêteuse du FBI :

Plusieurs scènes du long-métrage aux cinq principaux Oscars, sorti en 1991, ont été tournées par le réalisateur Jonathan Demme dans la demeure de "Buffalo Bill" à Perryopolis, là où il séquestrait ses victimes, notamment dans la cave, avant de leur infliger les pires supplices puis de les achever.

Investir dans l'horreur, ça peut payer

Malgré sa réputation, la "charmante" baraque a été vendue une première fois il y a cinq ans, pour 195 000 dollars, et elle vient d'être rachetée 290 000 dollars par un certain Chris Rowan, qui compte au moins rentrer dans ses frais. 

Ce décorateur de cinéma, très malin, sait que l'horreur se vent bien et veut désormais faire de la maison où règne encore le "Silence des agneaux" un site touristique avec location de chambres.

Le tout nouveau propriétaire pense même y recréer - sans doute pour les amateurs de films d'horreur - "l'atelier" du tueur en série, et le puits dans lequel Hannibal Lecter, ou plutôt "Buffalo Bill", laissait croupir ses victimes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mike Pence, l'ancien vice-président américain, affirme que l'aide à l'Ukraine est imminente

New York touché par un séisme de magnitude 4,8

No Comment : un mort et deux blessés après la chute d'une section de grue en Floride