DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Des migrants secourus par l'ONG Open Arms ont débarqué en Sicile

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Des migrants secourus par l'ONG Open Arms ont débarqué en Sicile
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Après trois jours passés sur une mer agitée, les 146 migrants secourus par l'ONG Open Arms sont arrivés en Sicile.

Quarantaine de deux semaines

Le navire a accosté à Port-Empédocle où tous les passagers ont aussitôt été soumis à un test Covid. Un dépistage organisé par la Croix-rouge italienne, qui s'est révélé négatif pour tous. Les migrants ont ensuite été autorisés à débarquer, mais les autorités italiennes maintiennent une stricte surveillance.

"Maintenant qu'ils ont pu quitter le navire, ils vont être placés en quarantaine dans des lieux décidés par les autorités, souligne Juanfe Jiménez, coordinateur médical de l'ONG Open Arms. Bien qu'ils aient tous été testés négatifs, les autorités imposent une quarantaine complète de deux semaines. Depuis le début de la pandémie, cette situation se répète à chaque fois que nous arrivons dans un port, en l'occurrence ici en Italie."

Secourus en pleine tempête

Les migrants avaient été secourus en pleine tempête ce week-end au large des côtes libyennes lors de deux opérations distinctes qui ont permis d'éviter in extremis un nouveau drame humain.

Ludovic est originaire du Cameroun : "Nous ne pouvons que remercier Dieu. Heureusement que les sauveteurs étaient sur notre passage. Un grand merci à eux et au Seigneur aussi."

Les migrants expriment leur reconnaissance vis-à-vis d'Open Arms. L'ONG espagnole a multiplié les sauvetages en Méditerranée ces dernières années.

Pablo Ramiro, correspondant d'euronews en Sicile : "Après presque trois jours de mauvais temps en mer, les 146 personnes secourues par l'Open Arms sont arrivées dans le port d'Empédocle, en Sicile. Beaucoup d'entre elles sont en migration depuis plus d'un an, certaines ont payé jusqu'à 4 000 euros pour arriver là."

Beaucoup sont en migration depuis plus d'un an, certains ont payé jusqu'à 4 000 euros pour arriver là.