EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Première naissance en France après une greffe d'utérus

Photo d'illustration -
Photo d'illustration - Tous droits réservés AFP
Tous droits réservés AFP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La mère, Déborah, âgée de 36 ans, avait bénéficié en mars 2019 de la première greffe d'utérus française, réalisée par l'équipe de l'hôpital Foch de Suresnes, en région parisienne.

PUBLICITÉ

C'est une première en France et une prouesse médicale extrêmement rare. Un bébé est né à la suite d'une greffe d'utérus dont avait bénéficié sa mère. La petite fille a vu le jour le 12 février à l'hôpital Foch de Suresnes, en région parisienne.

Un rêve devenu réalité pour la mère, Déborah, comme le confirme Jean-Marc Ayoubi, chef de service de gynécologie obstétrique et de médecine de la reproduction de l'hôpital Foch, dont l'équipe a permis cette première française : "Inutile de vous dire qu’elle est heureuse, elle va bien il n’y a pas de complications, elle a récupéré, elle allaite, elle s’occupe de sa petite donc tout se passe très bien."

Née sans utérus, la patiente greffée est atteinte du syndrome de Rokitansky (MRKH), une condition qui touche une femme sur 4 500 à la naissance. Elle avait donc pu bénéficier, en mars 2019, de la première greffe d'utérus française. La donneuse n'était autre que sa mère alors âgée de 57 ans.

"Un immense espoir"

"Le premier transfert a eu lieu en juillet dernier et la patiente a été enceinte après ce premier transfert", raconte le professeur Ayoubi. La naissance s'est déroulée dans de très bonnes conditions et sans complications notables, selon l'hôpital Foch. Elle est intervenue après 33 semaines de grossesse (7 mois et demi).

Cette grossesse constitue un espoir pour les patientes nées sans utérus ou celles auxquelles il a dû être enlevé. Elle représente une alternative expérimentale à la gestation pour autrui (GPA), interdite en France, ou à l'adoption.

"C’est un succès, c’est un aboutissement, c’est un immense espoir qui s’ouvre pour des dizaines de milliers de patientes mais l’intérêt de cette recherche n’est pas uniquement dans la naissance mais aussi dans toutes les avancées autour de cette thématique qui est la transplantation utérine", s'enthousiasme Jean-Marc Ayoubi. Son équipe a déjà reçu l'autorisation de poursuivre son travail, et des essais cliniques sont prévus sur dix autres femmes nées sans utérus.

La première naissance au monde après une greffe d'utérus a eu lieu en Suède en 2014. La naissance, survenue un an après la transplantation, avait été annoncée dans la prestigieuse revue médicale The Lancet par l'équipe du professeur Mats Brännström de l'université de Göteborg. La donneuse vivante avait 61 ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Naissance multiple au Maroc : la mère va bien, ses neuf bébés sous surveillance

No comment : French Cancan devant le Moulin Rouge pour la flamme olympique

France : la canicule désormais considérée comme un motif de chômage technique