DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Retour à Codogno, un an après le "tsunami" du Covid-19

euronews_icons_loading
Photo d'archives - 24/02/2020 : la police tente d'isoler la ville de Codogno en Lombardie, où le 1er cas de Covid-19 a été constaté.
Photo d'archives - 24/02/2020 : la police tente d'isoler la ville de Codogno en Lombardie, où le 1er cas de Covid-19 a été constaté.   -   Tous droits réservés  Antonio Calanni/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Reportage à Codogno en Italie, là où premier cas de Covid-19 était constaté, le 20 février 2020. Un an après, les habitants reconnaissent que "rien ne sera plus comme avant".

Codogno est une petite ville de 15 000 habitants dans le nord de l'Italie. C'est là que le 21 février 2020, un homme de 38 ans, Mattia Maestri, était testé positif au Covid-19.

Il était le premier cas confirmé en Italie, et même en Europe.

Le virus allait se répandre comme une traînée de poudre, bouleversant à jamais la quotidien jusque-là paisible de cette localité de Lombardie.

Emy Cavalli tient un bar en centre-ville. Selon elle, ce qui a changé, un an après, « c'__est qu'on fait beaucoup plus attention, pour tout ce qui touche au Covid ! »

Notre vie a changé de manière radicale. On n'a plus la même liberté qu'auparavant.
Emy Cavalli
Propriétaire d'un bar à Codogno

Francesco Passerini est le maire de Codogno. Il repense à l'épreuve traversée ces derniers mois.

«On a le sentiment qu'on a dû faire face à un tsunami, à une bombe atomique, à une météorite... __C'est quelque chose d'inimaginable ! », commente-t-il.

« On aurait pu être totalement submergé, être emporté par la vague. __Mais en fait, on est resté unis, les gens ont fait preuve de solidarité et d'entraide. Les liens au sein de notre communauté nous ont permis de faire face. Chacun a tenu son rôle, et ça nous a permis de résister à quelque chose qui nous dépassait totalement », se félicite-t-il.

"Voyage de souffrance"

Il a eu l'afflux de patients à l'hôpital. Et les cortèges funèbres dans les cimetières.

Il y a eu ici autant de morts en deux mois (entre mars et avril 2020) qu'en une année entière en temps normal.

Le président italien s'était rendu à Codogno le 2 juin 2020. Et Sergio Mattarella avait eu ces mots : "c'est ici que notre voyage de souffrance a commencé".

Une cérémonie est organisée ce dimanche pour rendre hommage aux victimes.