DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nucléaire iranien : dans son dernier rapport, l'AIEA se dit "vivement préoccupée"

euronews_icons_loading
Mohammad Djavad Zarif, ministre des Affaires étrangères iranien, lors d'une conférence de presse à Téhéran le 23 février 2021
Mohammad Djavad Zarif, ministre des Affaires étrangères iranien, lors d'une conférence de presse à Téhéran le 23 février 2021   -   Tous droits réservés  Vahid Salemi, AP
Taille du texte Aa Aa

C'est un rapport qui inquiète. Selon l'AIEA, l'Iran a recommencé à produire de l'uranium enrichi à 20%. L'Agence internationale de l'énergie atomique se déclare par ailleurs vivement préoccupée par la possible présence de matière nucléaire sur un site iranien non déclaré.

Ce rapport intervient dans un contexte tendu, alors que le régime de Téhéran a commencé à limiter les inspections de l'Agence onusienne pour exiger une levée totale des sanctions américaines.

Dès son arrivée au pouvoir, Joe Biden avait proposé un retour des États-Unis dans l'accord sur le nucléaire iranien si le pays s'engageait à remplir pleinement ses obligations. Mais pour l'Iran, le préalable est et reste la fin des sanctions.

« L'administration actuelle a mis un terme à la tentative de l'administration précédente, qui avait voulu rétablir les sanctions des Nations Unies, a pour sa part martelé Ali Rabiei, porte-parole du gouvernement, et elle a assoupli les restrictions inacceptables sur la venue des diplomates iraniens au siège des Nations Unies. Bien que nous nous félicitions de ces mesures et que l'Amérique soit sur la bonne voie, nous estimons que cela est très insuffisant. »

C'est en 2018 que Donald Trump avait retiré les États-Unis de l'accord international sur le désengagement nucléaire iranien et rétabli les sanctions. Depuis, Téhéran s'est affranchi progressivement de ses obligations sans toutefois aller jusqu'à expulser les inspecteurs de l'AIEA.

Le pays a de fait conclu un accord temporaire avec eux pour une surveillance réduite en attendant de voir ce que donnera la voie diplomatique.