États-Unis : Joe Biden tacle sévèrement les États qui lèvent l'obligation du port du masque

Joe Biden retire son masque, le 27 février 2021, à la Maison blanche, Washington USA
Joe Biden retire son masque, le 27 février 2021, à la Maison blanche, Washington USA Tous droits réservés Pablo Martinez Monsivais/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Pablo Martinez Monsivais/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Texas et le Mississippi ont annoncé mardi la fin du port du masque obligatoire et la réouverture de tous les commerces.

PUBLICITÉ

Elle s'appelle Susan Maxwell Trumble et cette femme de 66 ans à la santé fragile est la première, aux Etats-Unis, à avoir reçu mardi une dose du vaccin du laboratoire américain Johnson & Johnson dans un hôpital de New York. C'est le troisième vaccin autorisé et administré aux Etats-Unis après ceux de Pfizer/BioNTech et de Moderna.

La campagne de vaccination bat son plein : 78 millions de doses ont été administrées en tout à 15% de la population. Certains veulent donc déjà mettre en oeuvre une levée des restrictions. Le Texas a annoncé mardi la fin du port du masque obligatoire et la réouverture de tous les commerces dès la semaine prochaine. Idem au Mississippi, comme l'a annoncé le gouverneur Tate Reeves.

La réponse de Joe Biden ne s'est pas faite attendre. C'est une "grande erreur", a jugé, consterné, le président américain, emboîtant le pas des principaux responsables sanitaires fédéraux. "La dernière chose dont nous avons besoin est d'un raisonnement préhistorique qui affirme que tout va bien actuellement, et de dire : retirez vos masques, oubliez tout ça", a lancé le président démocrate.

"Ce n'est pas le moment de lever toutes les restrictions", a aussi insisté dans la matinée Rochelle Walensky, la directrice des Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

Des appels qui risquent de ne pas forcément être toujours entendu, dans un pays lassé, comme beaucoup d'autres, par un an de pandémie, et alors que le nombre de nouveaux cas a baissé ces dernières semaines. Il est passé sous le barre des 100 000 début février, ce qui n'était plus arrivé depuis le mois de novembre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mike Pence, l'ancien vice-président américain, affirme que l'aide à l'Ukraine est imminente

New York touché par un séisme de magnitude 4,8

No Comment : un mort et deux blessés après la chute d'une section de grue en Floride