This content is not available in your region

Bitcoin : quel coût environnemental pour la planète ?

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Un logo "Bitcoin" affiché sur un distributeur automatique de billets à Hong Kong, le 21 décembre 2017.
Un logo "Bitcoin" affiché sur un distributeur automatique de billets à Hong Kong, le 21 décembre 2017.   -   Tous droits réservés  (Kin Cheung/The Associated Press)

Alors que le bitcoin a franchi ce week-end et pour la première fois de son histoire la barre des 50 000 euros, des voix s'élèvent pour dénoncer son coût sur l'environnement.

Créer des bitcoin et faire fonctionner cette cryptomonnaie est très énergivore.

Selon l'économiste néerlandais Alex de Vries, la flambée record du prix du bitcoin en ce début année _"pourrait conduire le réseau à consommer autant d'énergie que l'ensemble des centres de données dans le monde, avec une empreinte carbone comparable à celle de Londres"00083-0?returnURL=https%3A%2F%2Flinkinghub.elsevier.com%2Fretrieve%2Fpii%2FS2542435121000830%3Fshowall%3Dtrue).

Avant cette dernière flambée du prix du bitcoin, il fallait à la cryptomonnaie pour fonctionner, toujours selon Alex de Vries, entre 78 et 101 térawattheures d'électricité par an soit l'équivalent de la consommation d'un pays comme la Finlande.

Son impact sur l'environnement inquiète aussi Bill Gates. Dans un entretien au New York Times en date du 9 mars 2021, le milliardaire américain a affirmé que le bitcoin n'était "pas une bonne chose pour le climat" car il "consomme plus d'électricité par transaction que n'importe qu'elle autre méthode de paiement".

Ces nouvelles inquiétudes viennent s'ajouter à celles déjà évoquées en 2018 par des chercheurs de l'université d'Hawaï et de Californie. Dans la revue Nature Climate Change, l'équipe de chercheurs avait déclaré que "si l'utilisation prévue du bitcoin suivait le rythme d'adoption des autres technologies, cela pourrait produire suffisamment d'émissions de CO2 pour pousser le réchauffement au-dessus de 2 °C en à trois décennies".