PUBLICITÉ

Vaccins : Sputnik V et AstraZeneca dans le viseur européen

Vaccins : Sputnik V et AstraZeneca dans le viseur européen
Tous droits réservés Darko Vojinovic/2021 The Associated Press
Tous droits réservés Darko Vojinovic/2021 The Associated Press
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le vaccin Sputnik V continue de susciter la vigilance des Européens, et avant toute autorisation en Europe, l'Agence européenne du médicament veut afficher sa prudence.

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine devait se faire vacciner ce mardi en toute discrétion et loin des caméras, sans qu'on sache non plus lequel des trois vaccins russes allait lui être inoculé. Le vaccin Sputnik V, en tous cas, continue de susciter la vigilance des Européens, et avant toute autorisation en Europe, l'Agence européenne du médicament veut afficher sa prudence :

"Nous sommes en train d’organiser des inspections, a déclaré Emer Cooke, de l'Agence européenne du médicament. Nous espérons qu’il s’agira d’un vaccin sérieux à ajouter aux vaccins disponibles auprès de la population européenne et qu’il obtiendra une autorisation au niveau européen sur la base des mêmes normes de sécurité, qualité et efficacité que nous appliquons pour chaque vaccin".

Dans le même temps, c'est le laboratoire AstraZeneca qui est sous pression européenne. Bruxelles veut employer tous les moyens possibles pour que les livraisons promises soient faites.

"Pour ce qui est du manque de vaccins, je pense que le problème vient d'AstraZeneca, dit Sandra Gallina, de la Direction de la Santé à la Commission Européenne. C'est donc un contrat avec lequel nous avons un sérieux problème. Nous nous attendions à des livraisons par centaines et, vous savez, nous n'en recevons même pas le quart".

En France, les grands centres qui doivent permettre de vacciner massivement "seront opérationnels dans les prochains jours", a promis le gouvernement. Et face aux nombreuses critiques, Emmanuel Macron, de son côté, a promis que la France faisait tout ce qu'elle pouvait pour accélérer encore la campagne de vaccination.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En République tchèque, la coqueluche est de retour

Santé : flambée de cas de rougeole en Europe

Niger : l'ONU met la main à la poche pour conserver les vaccins