EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La guerre du vaccin AstraZeneca : Commission européenne versus Royaume-Uni

Vaccination contre le Covid-19, mars 2021
Vaccination contre le Covid-19, mars 2021 Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews avec AFP, AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour face à la troisième vague de Covid-19, la Commission européenne et les 27 veulent durcir le contrôle des exportations de vaccins fabriqués dans l'UE. AstraZeneca est dans leur viseur.

PUBLICITÉ

Le conflit entre l'Union européenne et le Royaume-Uni concernant l'approvisionnement en vaccins est monté encore d'un cran.

L'exécutif européen veut étendre ses pouvoirs d'interdiction d'exportation de vaccins fabriqués dans les 27 états membres : un durcissement du contrôle des exportations sensé rétablir un équilibre dans la distribution de vaccins que devrait adopter le prochain sommet des dirigeants européens, ce jeudi et vendredi.

Le Royaume-Uni aurait reçu 10 millions de doses, tous vaccins confondus, en provenance de sites établis dans l'Union comme celui d'AstraZeneca aux Pays-Bas. A l'inverse, les 27 n'en ont reçu aucune des sites de fabrication britanniques.

Il faut savoir que le laboratoire suédois-britannique a plus de 20 partenaires dans plus de 15 pays. L'Italie et l'Espagne abritent deux partenaires d'AstraZeneca qui font du conditionnement, la Belgique, une entreprise impliquée dans la production du vaccin.

Bruxelles menace donc notamment de bloquer les exportations du site néerlandais si l'Union européenne ne reçoit pas les doses promises, comme il l'a déjà fait en Italie.

"Comme vous le savez jusqu'à présent nous n'avons interdit qu'une seule exportation et c'était de l'Italie vers l'Australie, tout était une question de proportionnalité, les niveaux de vaccination en Australie et en Europe sont bien différents, et donc nous avons estimé très clairement que l'Europe avait besoin de ces vaccins maintenant" a expliqué Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne en charge des relations interinstitutionnelles et de la prospective.

Les pays de l'Union européenne sont confrontés à l'émergence rapide d'une troisième vague de contamination et au manque de vaccins pour la combattre.

La Commission européenne insiste sur le fait qu'AstraZeneca a fait des promesses différentes et contradictoires à Bruxelles et au Royaume-Uni dans leurs contrats respectifs, et cela au détriment des 27.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni cherche à rétablir ses relations avec l'UE

La présidence hongroise de l'UE divise Bruxelles et les Hongrois

No Comment : les incendies en Albanie progressent vers le nord et durent depuis trois semaines