DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le Canal de Suez bloqué, certains armateurs étudient un contournement de l'Afrique

Par Olivier Peguy avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Photo satellite montrant le navire EverGreen en travers du Canal de Suez (25/03/2021) - Cnes2021, Distribution Airbus DS / AFP
Photo satellite montrant le navire EverGreen en travers du Canal de Suez (25/03/2021) - Cnes2021, Distribution Airbus DS / AFP   -   Tous droits réservés  -/ Cnes2021, Distribution Airbus DS
Taille du texte Aa Aa

Des experts tentent d'élaborer un plan de sauvetage du porte-conteneur bloqué dans le Canal de Suez. En attendant, certains gros armateurs évoquent la possibilité de faire transiter leurs navires par le Cap de Bonne-espérance.

Le porte-conteneurs Ever Given n'a pas bougé d'un centimètre, bloquant toujours le Canal de Suez.

La navigation étant désormais coupée, certains armateurs évoquent déjà la perspective d'une déviation pour leurs navires, à savoir passer par le Cap de Bonne-espérance et donc contourner le continent africain pour rallier l'Europe par l'océan Atlantique.

Impact mondial

Ainsi le groupe danois Maersk, le plus grand armateur au monde, dit étudier cette option. Mais cela signifie des délais plus longs pour l'acheminement des marchandises par voie maritime.

"Nous suivons de près les opérations de sauvetage et nous étudions actuellement toutes les alternatives possibles", a déclaré à l'AFP Concepcion Boo Arias, porte-parole de Maersk, dans un courriel.

Et d'ajouter que "l'impact sur la chaîne d'approvisionnement mondiale" dépendra de la durée pendant laquelle "la route restera impraticable."

Basé à Hambourg (nord de l'Allemagne), Hapag-Lloyd, un des autres armateurs les plus importants au monde, a déclaré "évaluer des déviations de navires" passant "autour du Cap de Bonne-Espérance", dans une note à ses clients.

D'ordinaire, le Canal de Suez permet de réduire les distances : 6 000 km en moins entre Singapour et Rotterdam. Et donc un gain de temps. Le contournement de l'Afrique rallongerait les délais d'une ou deux semaines minimum.

Experts néerlandais et conseiller égyptien

Ce jeudi, des experts néerlandais sont arrivés sur place pour élaborer un plan de sauvetage du porte-conteneur bloqué. Les opérations s'annoncent complexes, et pourraient durer "des jours voire des semaines".

Dans le même temps, les autorités égyptiennes qui gèrent le Canal de Suez, se veulent, elles, rassurantes.

La navigation devrait reprendre "dans 48 à 72 heures maximum", dit même Mohab Mamish, conseiller du président Abdel Fattah al-Sissi en matière portuaire.

Le navire, long de 400 mètres, et pesant 220 000 tonnes, s'est échoué dans la nuit de mardi à mercredi, peu après son entrée dans le canal, non loin de la ville de Suez.

Il se rendait à Rotterdam en provenance du port chinois de Yantian.