PUBLICITÉ

L'OMS dénonce la "lenteur inacceptable" de la vaccination en Europe

Un centre de vaccination à Bucharest, Roumanie, le 26 mars 2021
Un centre de vaccination à Bucharest, Roumanie, le 26 mars 2021 Tous droits réservés Vadim Ghirda / AP PHOTO
Tous droits réservés Vadim Ghirda / AP PHOTO
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le directeur Europe de l'Organisation Mondiale de la Santé réclame une accélération du processus de vaccination et alerte sur une situation épidémique "inquiétante".

PUBLICITÉ

"Le rythme lent de la vaccination prolonge la pandémie" en Europe, critique l'Organisation Mondiale de la Santé.

L'OMS souligne que le nombre de nouveaux cas en Europe a fortement progressé ces cinq dernières semaines, en raison du variant britannique. Le continent est confronté à la situation épidémique "la plus inquiétante" depuis "des mois" estime l'organisation onusienne.

Le directeur de l'OMS Europe, Hans Kluge, rappelle dans un communiqué l'efficacité des vaccins pour limiter les infections et exhorte à accélérer le processus en renforçant la "production et en réduisant les obstacles à l'administration des vaccins et en utilisant la moindre dose que nous avons en stock". "Les vaccins sont notre meilleure voie pour sortir de la pandémie. Non seulement ils fonctionnent, mais ils sont aussi très efficaces pour limiter les infections. Néanmoins, le déploiement de ces vaccins est d'une lenteur inacceptable", écrit-il.

A ce jour, plus de 152 millions de doses ont été injectées dans la zone Europe de l'OMS qui comprend une cinquantaine de pays, dont la Russie et des Etats d'Asie centrale. Si en moyenne, le rythme de vaccination par jour en Europe est plus élevé que celui du reste du monde, il reste nettement inférieur à celui de la zone Etats-Unis/Canada.

12% de la population de l'UE a reçu au moins une dose de vaccin

Des pays ont dû revoir leur calendrier de vaccination à cause des retards de livraison. C'est le cas de la Suède qui entendait vacciner tous les adultes d'ici juin. De nouvelles prévisions évoquent la mi-août.

En outre, certains pays continuent d'imposer des restrictions d'âge pour le vaccin d'AstraZeneca. C'est le cas de l'Allemagne qui ne l'administre qu'aux plus de 60 ans. Pour marquer sa confiance, le président Frank-Walter Steinmeier a reçu sa première dose. Le pays entend malgré tout accélérer sa campagne en ouvrant la vaccination aux cabinets médicaux.

Le président allemand reçoit une dose d'AstraZeneca

"Bien que ce soit la semaine de Pâques, 35 000 cabinets médicaux ont demandé des doses de vaccin pour la semaine à venir. Au total, ils ont commandé 1,4 million de doses de vaccin. Nous serons en mesure de livrer 940 000 doses la semaine prochaine", a indiqué le ministre de la santé allemand Jens Spahn.

Enfin, l'Italie souffre aussi de retards de livraison, notamment de la part d'AstraZeneca. Le pays a reçu quatre millions de doses en moins par rapport à ses prévisions au cours du premier trimestre de cette année. Et ce alors que 84% des doses reçues jusqu'ici ont été administrées

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La cyberintimidation augmente en Europe chez les enfants

Près d'un milliard de personnes en état d'obésité dans le monde

Santé : flambée de cas de rougeole en Europe