euronews_icons_loading
Birmanie : plus de 550 civils tués par les forces de sécurité

Une vidéo obtenue par l'AFP montre un homme saignant de la tête emporté par des manifestants dans la ville de Monywa, en Birmanie, après de violents affrontements survenus ce samedi avec les forces de sécurité. Un secouriste contacté par l'AFP a pu confirmer que deux personnes avaient été tuées, tandis que les médias locaux font l'état de trois personnes abattues.

Plus de 550 civils sont tombés sous les balles des forces de sécurité ces deux derniers mois, d'après l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP). Le bilan pourrait être beaucoup plus lourd : quelque 2 700 personnes ont été arrêtées. Détenues au secret, sans accès à leur proche ou à un avocat, beaucoup sont portées disparues.

La junte a aussi bloqué l'accès à internet pour une grande majorité de la population, coupant les données mobiles et les connexions sans fil.

12 000 déplacés après des raids de l'armée

Ripostant au bain de sang des forces de sécurité contre les opposants au coup d'État du 1er février, la KNU (Union nationale Karen) s'était emparée la semaine dernière d'une base militaire dans l'État Karen dans le sud-est du pays, tuant dix soldats. L'armée avait riposté par des raids aériens ciblant des places-fortes de la faction, une première depuis une vingtaine d'années dans cette région. "Plus de 12 000 civils ont fui leur village ce qui cause une crise humanitaire majeure", a indiqué la KNU.