This content is not available in your region

Duel pour la succession d'A. Merkel, deux hommes se disputent l'investiture des conservateurs

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Tout à gauche, Armin Laschet et à droite, Markus Soeder
Tout à gauche, Armin Laschet et à droite, Markus Soeder   -   Tous droits réservés  Tobias Schwarz/AP

La course pour le fauteuil d'Angela Merkel est lancée : Markus Söder et Armin Laschet se disputent l'investiture des conservateurs allemands.

M. Söder et A. Laschet se disputent l'investiture des conservateurs.

C'est officiel : deux hommes sont candidats à l'investiture des conservateurs pour tenter de prendre la place d'Angela Merkel

Pour la CDU, le parti de la chancelière, le candidat est Armin Laschet, l'actuel dirigeant de l'Union chrétienne démocrate.

Son adversaire de la CSU est le chef du Lande de Bavière, il a 54 ans, c'est un ancien journaliste, il s'appelle Markus Söder.

Markus Söder, chef du Land de Bavière : "Nous avons constaté que tout les deux nous sommes aptes et que nous sommes volontaires. Ce qui est aussi important, c'est que nous nous respections. Et je peux le dire dès le début : quelle que soit la décision qui sera prise au final, nous travaillerons ensemble tous deux très bien ."

Armin Laschet, chef de l'Union chrétienne démocrate : "Nous avons exprimé notre volonté de nous présenter à la chancellerie. (...) Notre disponibilité à tous les deux est sur la table, ce qui doit être fait est aussi sur la table. Et maintenant, nous allons avoir des consultations, d'abord au sein de la CDU demain, puis au sein de la CSU."

Selon les sondages, le sexagénaire Armin Laschet est bien moins populaire que son adversaire.

Armin Laschet est un proche d'Angela Merkel et et il a récemment essuyé une vague de critiques après avoir proposé un verrouillage strict du pays pour juguler l'épidémie de Covid-19.

Markus Söder a pour lui les sondages des électeurs allemands, mais, généralement, c'est la CDU qui désigne le candidat pour la chancellerie.

Les conservateurs devraient départager les deux hommes d'ici le 24 mai.