Nucléaire iranien : des avancées pour des négociations "difficiles"

Nucléaire iranien : des avancées pour des négociations "difficiles"
Tous droits réservés AP Photo/Florian Schroetter
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les discussions sur le nucléaire iranien ont fait des "progrès" à Vienne malgré la persistance de "désaccords sérieux", ont rapporté samedi des participants, alors que l'AIEA a confirmé le lancement de l'enrichissement d'uranium à 60% par Téhéran.

PUBLICITÉ

Des "progrès" ont été réalisés mais la tâche reste difficile : c'est en substance l'état des discussions sur le nucléaire iranien, tel qu'il a été décrit par les participants samedi. Les pourparlers doivent se poursuivre ce dimanche à Vienne, et la semaine prochaine.

Le dialogue entre les représentants de la Chine, de la France, de l'Allemagne, de la Russie, du Royaume-Uni et de l'Iran vise à déterminer quelles sanctions Washington doit lever et quelles mesures Téhéran doit prendre pour revenir au plein respect de l'accord signé en 2015. 

De l'issue de ces discussions dépend aussi le retour des États-Unis au sein de l'accord, après le retrait du pays sous le mandat de Donald Trump. Joe Biden a dit vouloir le rejoindre, à condition que la République islamique renoue elle aussi avec les engagements nucléaires dont elle s'est progressivement affranchie. 

Une délégation américaine se trouve à Vienne, mais elle ne s'entretient pas directement avec les représentants iraniens.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères et négociateur a quant à lui déclaré que toutes les parties partagent désormais un "objectif finale commun". "Nous pensons que les négociations ont atteint un stade où nous pouvons commencer à travailler sur un texte commun, au moins dans les domaines où il y a un consensus", a-t-il ajouté.

Ces discussions surviennent alors que l'Iran a fait monter la pression en lançant sa production d'uranium enrichi à 60%. L'Agence internationale de l'énergie atomique a confirmé que la production avait commencé dans l'installation nucléaire de Natanz. Mais l'Iran dit répondre à "acte de sabotage" survenu sur ce site, que Téhéran attribue à Israël.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles

Iran : le pays signe un accord de libre échange avec l'Union Économique Eurasiatique

Moscou et Téhéran unis contre les sanctions