DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les Etats-Unis se posent en leader de la lutte contre le changement climatique

euronews_icons_loading
Joe Biden
Joe Biden   -   Tous droits réservés  JOHANNA GERON/AFP
Taille du texte Aa Aa

C’est une chancelière allemande satisfaite qui a pris part hier au sommet sur le climat organisé par Washington. Angela Merkel s’est félicitée de la promesse faite par Joe Biden de baisser de moitié, d’ici 2030, les émissions de CO2 américaines.

«Je suis très heureuse que les États-Unis soient de retour en matière de politique climatique car il est absolument indiscutable que le monde a besoin de leur contribution si nous voulons respecter l'accord de Paris", a estimé la Chancelière allemande.

Egalement présent en visioconférence, Emmanuel Macron a estimé que l'environnement devait mieux être pris en compte dans les investissements et les relations commerciales au niveau mondial, allusion à la taxe carbone que l’UE veut mettre en place à ses frontières.

Des engagements pour l’environnement qui, comme le rappelle Mario Draghi, sont déjà contenus dans le plan de relance européen.

"En Europe, nous avons lancé un plan conjoint de 750 milliards d'euros - que nous avons appelé Nouvelle génération de l'Union européenne. L'un de ses objectifs est de soutenir la transition environnementale en Europe et de rendre l'UE neutre en carbone d'ici 2050", a expliqué le président du Conseil italien.

De son côté, le président du Conseil européen, Charles Michel, a appelé les nations développées à augmenter leurs contributions afin d'aider les pays en difficulté, l'UE consacrera pour sa part environ 600 milliards d'euros pour alimenter la transition verte.

L'activiste Greta Thunberg a également donné de la voix. Invitée à participer à une audition sur les subventions aux combustibles fossiles au Congrès américain, la jeune Suédoise a vivement critiqué les politiques toujours en cours aux Etats-Unis.

Si la lutte contre le réchauffement climatique semble de nouveau être sur les rails à Washington, la mise en oeuvre des promesses de Joe Biden doit maintenant se concrétiser. Sur ce point le président américain est resté d'autant plus évasif face aux résistances des lobbies et des parlementaires américains.