PUBLICITÉ

Total déclare la "force majeure" et se retire du Mozambique

Gisements gaziers au large du Mozambique
Gisements gaziers au large du Mozambique Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le géant français a fait savoir qu'il suspendait son grand projet gazier en raison de l'instabilité dans la région, un mois après l'attaque de la ville de Palma par un groupe jihadiste.

PUBLICITÉ

**Total a fait savoir ce lundi qu'il suspendait son grand projet gazier au Mozambique en raison de l'instabilité dans la région, un mois après l'attaque de la ville de Palma par un groupe jihadiste. **

Le géant pétrolier Total a confirmé ce lundi qu'il déclarait une situation de "force majeure" et retirait tous ses effectifs de la péninsule d'Afungi, où se développe un immense projet gazier au large des côtes du Mozambique riches en hydrocarbures.

initialement prévu pour 2024, le projet d'une valeur de 20 milliards d'euros est l'un des plus gros investissement privé en cours sur le continent africain. La "force majeure" est un terme permettant à une partie signataire de rompre un contrat en cas d'événement inattendu. 

Dans un communiqué, la firme déplore l'instabilité et l'insécurité dans le nord de la province de Cabo Delgado, qui abrite notamment la ville de Palma. "Total n'est pas en mesure d'exécuter ses obligations en raison de la grave détérioration de la situation sécuritaire" dans la région, a expliqué une porte-parole du groupe.

Le 24 mars, des groupes armés liés à Etat islamique ont semé la terreur dans la ville proche de Palma. De nouveaux combats ont eu lieu ces derniers jours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Attentat de Madrid : vingt ans après, quelles conséquences dans la lutte antiterroriste ?

Attentat près de la Tour Eiffel : l'assaillant "assume" son acte

Le siège britannique de TotalEnergies "repeint" par des militants du climat