DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Un pass sanitaire européen pour voyager librement en Europe et sauver la saison estivale

euronews_icons_loading
Un pass sanitaire européen pour voyager librement en Europe et sauver la saison estivale
Tous droits réservés  MTI/ Balázs Attila
Taille du texte Aa Aa

Un certificat vert pour faciliter les déplacements en Europe durant la pandémie.

L'idée a été approuvée ce jeudi par le Parlement européen.

Baptisé "certificat européen Covid-19", ce document sécurisé contiendra des informations sur le statut de vaccination, les résultats au test COVID-19 ou le statut de guérison d'une personne.

Pour ses titulaires, il s'agit de ne pas être soumis à des restrictions de voyages supplémentaires, telles que la quarantaine, l’auto-confinement ou le dépistage. Pour éviter toute discrimination ou pour des raisons économiques, les eurodéputés appellent les pays de l'UE à garantir un dépistage universel, accessible, rapide et gratuit. Ils doivent aussi accepter les certificats de vaccination émis dans d'autres États membres.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a salué ce vote comme une "étape clé". "Nous soutiendrons et faciliterons une conclusion rapide de ces discussions", a-t-elle tweeté. "Si nous continuons sur notre lancée, je suis convaincu que nous pourrons sauver l'été", a affirmé le commissaire Didier Reynders, en charge du dossier.

Mais reste à surmonter des divergences avec les Etats membres.

Le Parlement souhaite que ce certificat européen fonctionne parallèlement à toute initiative mise en place par les États membres et de préciser qu'il ne s'agit en aucun cas d'un document de voyage.

Pour le Parlement européen, les pays de l'UE ne devraient pouvoir imposer aucune mesure de restriction supplémentaire -comme une quarantaine- à l'entrée sur leur sol aux détenteurs d'un tel certificat, tandis que les Etats membres veulent se réserver cette possibilité qui relève de leur compétence.

"Il ne doit pas y avoir de restriction supplémentaire, le certificat doit suffire", a déclaré l'eurodéputé espagnol Juan Fernando Lopez Aguilar (Socialistes&Démocrates), président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures du Parlement européen, lors d'un débat mercredi.

"Quel est l'intérêt d'avoir une réglementation commune si les Etats membres peuvent (...) ignorer le certificat et imposer des restrictions supplémentaires?" a lancé l'eurodéputée néerlandaise Sophie in't Veld (Renew Europe, centristes et libéraux).

Un diplomate européen a estimé que le Parlement européen jouait "un jeu dangereux" et que sa position devrait "évoluer". "L'idée de lever les mesures de quarantaine en cas de test Covid négatif (...) rendra la lutte contre la pandémie plus difficile", a-t-il jugé.

L'initiative devrait être mise en place pour une durée de douze mois, pas plus.

Le Parlement et le Conseil sont désormais prêts à débuter les négociations. Objectif : aboutir à un accord avant la saison touristique estivale.