DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le silence n'est plus à la Scala de Milan, une renaissance en accord avec les gestes sanitaires

euronews_icons_loading
Concert à La Scala de Milan, 10 mai 2021
Concert à La Scala de Milan, 10 mai 2021   -   Tous droits réservés  Capture d'écran de la Rai
Taille du texte Aa Aa

Après six mois de silence, des airs d'opéra ont de nouveau résonné à la Scala de Milan.

La mythique scène italienne a célébré sa renaissance post-pandémie et le 75e anniversaire du premier concert d'après guerre.

Afin de respecter les gestes barrières, les choristes portaient un masque, le parterre a été recouvert d'un plancher où a pris place l'orchestre, les musiciens ont été séparés par des parois en plexiglas, le public a été cantonné aux balcons, la jauge limitée à 500 spectateurs pour normalement 2 000 places assises. L'entracte a été supprimée et les bars fermés.

Le concert du maestro italien Riccardo Chailly, chargé de symboles, s'est terminé par le célèbre chœur des esclaves de Nabucco de Verdi avec son "Va'pensiero", ode à la liberté mêlant beauté et tristesse déjà entonnée lors du concert de Toscanini en 1946.

Très attendue, la jeune soprano norvégienne Lise Davidsen a fait ses débuts à la Scala, en interprétant des airs de Tannhäuser de Wagner, d'Ariane à Naxos de Richard Strauss ou encore de la Dame de pique de Tchaïkovski.

L'Italie, qui a payé un lourd tribut à la pandémie avec plus de 122 000 morts, a rouvert ses cinémas et salles de spectacle depuis le 26 avril.

La Scala n'avait pas été épargnée par le virus. Au total, elle a enregistré 144 cas de Covid-19, dont 64 au sein du chœur.

Symbole de la reprise ?

"La Scala a toujours été un symbole pour les Milanais et pour l'Italie, c'est la deuxième marque italienne en termes de notoriété, derrière Ferrari", nous explique Dominique Meyer, économiste de formation.

Et "c'est paradoxalement la Scala qui donne le signal du redémarrage de tout un pays, alors qu'au début de la crise sanitaire on entendait que la culture n'était pas une activité essentielle", contraignant les théâtres à de longues fermetures.

Après avoir enchaîné des représentations virtuelles loin de leur public, les musiciens et chanteurs de la Scala se montraient impatients de retrouver la scène.

Sources additionnelles • AP, AFP, Rai