DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Italie, les crimes de haine anti-LGBT ne sont toujours pas punis

euronews_icons_loading
En Italie, les crimes de haine anti-LGBT ne sont toujours pas punis
Tous droits réservés  Акция протеста
Taille du texte Aa Aa

Des milliers d'Italiens ont à nouveau envahi la place du peuple à Rome le weekend dernier. La première loi du pays qui punirait la discrimination et les crimes de haine contre les personnes LGBT et handicapées est à nouveau dans l'impasse. Proposé il y a trois ans par le Parti démocrate de centre-gauche, le projet de loi ZAN butte aux portes du Sénat.

"Nous ne pouvons même pas nous tenir la main en public. Vivre dans un endroit où il n’y a pas de loi qui nous défend est un cauchemar. Nous voulons être libres de vivre comme les autres, sans avoir peur constamment" explique une jeune femme.

"En tant que personne handicapée, je vois la nouvelle loi comme un instrument pour être reconnus et pour reconnaître les actes de violence et de discrimination qui se produisent" souligne Giacomo.

Il y a quelques mois, Orazio a été victime d'une agression verbale et physique. Il n'a pas voulu porté plainte : "S'il y avait eu une loi à l'époque, j'aurais signalé le cas. J'ai décidé de ne pas le rapporter car je pensais que personne n'allait écouter mon histoire et la reconnaître, et qu'en fin de compte, les autorités ne feraient rien à ce sujet."

L'Italie reste l'un des rares pays européens à ne pas avoir approuvé de loi punissant la discrimination et la violence homophobe. Alors que ces personnes sont descendues dans la rue pour exhorter le Parlement à s'attaquer au problème, les crimes de haine contre les personnes LGBT continuent d'être un motif de préoccupation ici en Italie.

Les partis de droite et d’extrême-droite ainsi que des groupes religieux sont opposés au projet de loi qu'ils estiment inutile et portant atteinte à la liberté d'expression. C'est le cas de la conférence des évêques italiens qui souhaite une modification du texte.

Faute de loi, les victimes de crimes de haine se tournent vers les associations. Elles offrent soutien psychologique, services d'assistance téléphonique et conseils juridiques. Ici, les bénévoles traitent en moyenne 60 appels par semaine.

"Ce gouvernement est au pouvoir pendant encore un an et demi. Il ne reste plus beaucoup de temps. si le projet de loi est modifié, il doit être renvoyé à la chambre basse pour approbation. Mais nous savons qu'à l'automne, la priorité sera le projet de loi de finances. Si cela se produit, il n'y aura pas assez de temps pour l'adopter. Nous exhortons donc le Parlement à approuver immédiatement la version originale" martèle Claudio Mazzella, président de l'association "Circolo di Cultura Omosessuale Mario Mieli".

Pour les défenseurs de la loi, il est temps que l'Italie s'aligne sur les autres pays européens. A ce jour, la péninsule punit les crimes haineux pour des raisons raciales, ethniques et religieuses, ainsi que les actions et les slogans néonazis et néo-fascistes.