DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Avion détourné : le président Alexandre Loukachenko affirme que tout était "légal"

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Le président bélarusse Alexandre Loukachenko devant le parlement le 26 mai 2021
Le président bélarusse Alexandre Loukachenko devant le parlement le 26 mai 2021   -   Tous droits réservés  Sergei Shelega/BelTA
Taille du texte Aa Aa

Sous le feu des critiques de la communauté internationale, Alexandre Loukachenko reste droit dans ses bottes. Alors que son pays a détourné dimanche un avion commercial de Ryanair dans son espace aérien avant d'arrêter un opposant politique à bord, le président bélarusse n'a l'air guère impressionné par les sanctions des Européens. Bénéficiant toujours du soutien de Moscou, il affirme avoir agi dans la "légalité" et s'en prend aux "ennemis de l'intérieur et de l'extérieur".

"Les esprits malveillants à l'extérieur et à l'intérieur du pays ont adapté leurs méthodes d'attaque. Ils ont franchi de nombreuses lignes rouges, mais aussi les limites de la raison et du moral. Ce n'est plus seulement une guerre de l'information, c'est une guerre hybride moderne et nous devons tout faire pour éviter qu'elle ne déborde pas en conflit", a-t-il déclaré dans sa première allocution télévisée depuis le détournement de l'avion de Ryanair dimanche.

Pour les autorités bélarusses, la présence à bord de l'opposant Roman Protassevitch était due au hasard mais l'UE et l'opposition bélarusse affirment que l'alerte à la bombe n'était qu'un prétexte. Les parents de l'opposant arrêté implorent l'UE et les États-Unis de continuer à faire pression sur Minsk.

"Je suis très émue. Je veux juste crier au monde entier, s'il vous plaît, sauvez mon fils", explique sa mère. "Ce jeune homme voulait juste dire la vérité sur la situation du pays. Il n'a rien fait de mal."

Les membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU et les Etats-Unis ont appelé mercredi soir "l'Organisation de l'aviation civile internationale à enquêter d'urgence" sur le détournement de l'avion de Ryanair, même si l'organisation n'a aucun pouvoir de sanctions.