EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Crise avec le Bélarus : une mobilisation contre "les prédateurs de la presse"

Crise avec le Bélarus : une mobilisation contre "les prédateurs de la presse"
Tous droits réservés PETRAS MALUKAS/AFP or licensors
Tous droits réservés PETRAS MALUKAS/AFP or licensors
Par euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Lituanie, une manifestation à la frontière avec le Bélarus a rassemblé plusieurs journalistes en exil et le secrétaire général de RSF. Ils ont réclamé la libération des journalistes emprisonnés sur ordre d'Alexandre Loukachenko.

PUBLICITÉ

Des journalistes bélarusses en exil et des défenseurs de la liberté de la presse ont manifesté en Lituanie le long de la frontière avec le Bélarus. Ils ont accroché des photos de leurs confrères emprisonnés par Minsk et réclamé leur libération. A leurs côtés, Christophe Deloire, le secrétaire général de Reporters Sans Frontières qui vient de déposer plainte pour terrorisme d'état à Vilnius. Le parquet lituanien va ouvrir une enquête.

"Les journalistes sont de plus en plus considérés comme des terroristes par les prédateurs de la liberté de la presse qui les incarcèrent pour cette raison. Roman Protassevitch est sur la liste du KGB biélorusse. Le président du Parlement a utilisé ce terme à son encontre. C'est une violence extrême, une violence institutionnelle, alors que c'est précisément ce président qui s'est comporté comme un terroriste."

A l'origine de cette mobilisation et de cette plainte, la crise diplomatique avec le Bélarus depuis le détournement d'un vol commercial de Ryanair et l'arrestation à bord du journaliste d'opposition Roman Protassevitch et de sa compagne Sofia Sapoga.

Après la dernière élection de l'indéboulonnable Alexandre Loukachenko en août 2020, les manifestations anti-gouvernementales se sont succédées à Minsk au fil des mois et ont été réprimées. Des centaines de personnes ont été arrêtées. Selon des associations des droits de l’Homme, il y aurait près de 300 prisonniers politiques dans le pays.

Sources additionnelles • AP, AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sacha Filipenko, écrivain dissident biélorusse : "On lutte contre deux dictatures"

No Comment : Manifestation de Reporters sans frontières contre la venue de Xi Jinping

L'UNESCO décerne le Prix Mondial de la liberté de la presse aux journalistes palestiniens