EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Ces migrants qui produisent un grand cru en Toscane

Ces migrants qui produisent un grand cru en Toscane
Tous droits réservés AP/screengrab
Tous droits réservés AP/screengrab
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Yahya fait partie de ces 24 migrants qu'une ONG a pris sous son aile en Italie pour éviter leur exploitation. Il travaille dans un vignoble qui produit un grand cru en Toscane.

PUBLICITÉ

Cette terre italienne produit l'un des plus célèbres vins du pays, le Brunello di Montalcino. Yahya enlève les bourgeons et les pousses inutiles pour rendre les vignes plus fortes. Il fait partie des 24 demandeurs d'asile originaires d'Afrique et d'Asie qui travaillent dans ce vignoble pour produire ce vin rouge d'exception en Toscane.

"J'aime ce travail, car nous n'avons pas cette plante en Afrique, explique Yahya Adams, 21 ans_. J'aime étudier comment la plante pousse et je veux m'améliorer dans ce travail et un jour je pourrais apprendre aux autres qui arrivent comment faire le travail, comment gérer les plantes."_

Après avoir passé deux ans en Libye, le jeune homme originaire du Ghana a traversé la Méditerranée sur un bateau avec 118 autres migrants. Il est désormais inscrit au programme de travail de la Cooperativa Agricola San Francesco : l'ONG vise à faire entrer les demandeurs d'asile sur le marché du travail aux mêmes salaires et conditions que les Italiens, pour éviter les abus, et l'exploitation, connue en Italie sous le nom de "caporalato". Un phénomène contre lequel lutte la patronne du vignoble, Emilia Nardi :

"Nous connaissons tous le phénomène du "caporalato". Ce n'est pas une bonne chose, ma famille a des principes éthiques, peut-être chrétiens, mais tout le monde a le droit de se faire payer ses cotisations sociales, et nous avons le respect du travail."

Les migrants qui travaillent dans l'agriculture de manière illégale gagnent souvent deux fois moins tout en travaillant plus longtemps. A l'approche de l'été, plus de 400 000 personnes risquent d'être exploitées.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’opposition italienne dans la rue pour dénoncer les réformes de Meloni

No Comment : Naples, le Vesuve, la mer, et surtout sa pizza !

Italie : L'immigration au cœur du débat des Européennes