This content is not available in your region

Le scepticisme des ONG à l'issue d'un G7 consacré au Covid-19 et à l'urgence climatique

Access to the comments Discussion
Par Stephane Hamalian  & Euronews
euronews_icons_loading
Des manifestants, les pieds dans l'eau, portent des masques représentant les dirigeants du G7, à Saint Ives, Royaume-Uni, le 13 juin 2021
Des manifestants, les pieds dans l'eau, portent des masques représentant les dirigeants du G7, à Saint Ives, Royaume-Uni, le 13 juin 2021   -   Tous droits réservés  Jon Super/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Une photo de famille ... et des promesses ressortent du sommet du G7 qui s'est tenu du 11 au 13 juin 2021 au Royaume-Uni.

Plus de vaccins pour les pays pauvres qui doivent faire face au Covid, une lutte plus efficace contre le réchauffement climatique, tant d'engagements pris par les pays les plus puissants du monde, mais qui ne parviennent pas à satisfaire les ONG.

"C'est globalement un échec historique face à ces énormes urgences sanitaire et climatique auxquelles nous sommes confrontés" juge Anna Marriott, conseillère en politique de santé pour l'ONG Oxfam.

"Ils n'ont vraiment pas été à la hauteur et je pense que pour tout le monde, il est clair que c'est un échec" souligne-t-elle.

D'après Edwin Ikhuoria, directeur exécutif pour l'Afrique du mouvement ONE, l'octroi d'un milliard de doses de vaccins aux pays défavorisés est "drôle".

"Comment peuvent-ils penser qu'un milliard de doses pendant un an mettrait réellement fin à la pandémie, cela ne permettrait même pas de prendre en charge 5 % de la population" critique-t-il.

Le groupe Extinction Rebellion salue pour sa part le retour des États-Unis dans le camp des défenseurs de l'environnement, mais il dénonce un manque d'action.

"L'accord de Paris n'a pas été respecté par ce qu'ils auraient dû s'engager à faire. Ils ont renié toutes leurs promesses" dénonce Andy Leatherbarrow, militant du groupe. "Nous leur demandons d'arrêter maintenant d'investir dans les combustibles fossiles, c'est l'essentiel, d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2025".

À l'issue du G7, Joe Biden, dont l'agenda est scruté de près s'est rendu à Bruxelles pour le sommet de l'OTAN qui doit se tenir en début de semaine. Le président américain doit par ailleurs rencontrer Vladimir Poutine à Genève mercredi.