EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"María de Buenos Aires" : un opéra-tango à Lyon

"María de Buenos Aires" : un opéra-tango à Lyon
Tous droits réservés Euronews & Escarlata Sánchez
Tous droits réservés Euronews & Escarlata Sánchez
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Présenté au festival des Nuits de Fourvière, "María de Buenos Aires", mis en scène par Yaron Lifschitz, mêle acrobaties et poésie

PUBLICITÉ

Le festival des Nuits de Fourvière à Lyon au rythme d'un étrange "opéra-tango", une création unique où se mèlent danse, acrobatie et poésie. Intitulée "María de Buenos Aires", c'est l'adaptation d'une oeuvre musicale d'Astor Piazolla, mise en scène par Yaron Lifschitz.

C'est l'histoire de Maria, une chanteuse à la fin tragique, qui devient une ombre condamnée à errer dans les bas-fonds de la capitale argentine. Les acrobates de la compagnie Circa sont accompagnés par les musiciens de l'Orchestre national d'Auvergne dirigé par l'espagnol Roberto Forés Veses.

"María, selon moi, représente l'âme des Argentins, ce qui est l'essence du tango. Elle représente la ville de Buenos Aires, elle représente la façon dont existe cette ville, avec ses crises périodiques, elle meurt virtuellement puis renaît, et tout cela grâce à une volonté basée sur l'amour du tango", explique-t-il.

La mezzo-soprano Wallis Giunta incarne María et le baryton mexicain, Luis Alejandro Orozco un personnage mystérieux qui se coule dans l'inconscient de María de Buenos Aires.

"En Argentine et dans de nombreuses régions d'Amérique latine, en Colombie en Uruguay, au Chili, le tango est une culture à part entière. C'est un mode de vie, ce n'est pas seulement une danse. C'est de la poésie, de la culture, de la musique, une façon de parler", selon Luis Alejandro Orozco

Parmi les danseuses à incarner une des facettes du personnage de Maria, Abril Diaz, du ballet de l'Opéra de Lyon. Paradoxalement, on lui a demandé de ne pas danser le tango.

"Il est interdit de danser le tango dans cette oeuvre", dit-elle. "C'est ce qu'on nous a dit dés le début et c'est un défi parce qu'évidemment la musique donne envie de danser le tango"

Le spectacle est à découvrir du 24 au 26 juin dans l’amphithéâtre des Nuits de Fourvière à Lyon

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Louis Arnaud, l'un des quatre otages français en Iran, vient d'être libéré

L'influence d'Emmanuel Macron auprès de l’UE vacille

Législatives en France : l'accord entre Éric Ciotti et le RN confirmé par Jordan Bardella