DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En Italie, la restauration du Pô est prévue par le plan de relance européen

Access to the comments Discussion
Par Giorgia Orlandi  & euronews
euronews_icons_loading
En Italie, la restauration du Pô est prévu par le plan de relance européen
En Italie, la restauration du Pô est prévu par le plan de relance européen   -   Tous droits réservés  WWF
Taille du texte Aa Aa

C'était l'une des règles du plan de relance européen : que 40% des fonds soient dédiés à la lutte contre le réchauffement climatique et à la transition énergétique. L'Italie vient de voir son tableau des dépenses validé par Bruxelles : 357 millions d'euros seront notamment alloués à la restauration du Pô et aux immenses zones humides et forêts qui bordent le plus long fleuve d'Italie.

Négligé depuis plusieurs années, le fleuve, qui se trouve dans des régions très industrialisées, est crucial pour l'économie italienne et pour l'environnement.

"La crise climatique a accentué des changements dramatiques au niveau des précipitations, tant en été qu'en hiver", explique Andrea Agapito Ludovici, responsable du projet Eau de WWF Italie. "Cela a augmenté les problèmes le long de la rivière. En rétablissant le débit du fleuve, nous créons une énorme éponge capable de retenir l'eau pendant les périodes de pluie et de la libérer progressivement pendant le reste de l'année. En procédant ainsi, il est possible de réparer le cycle naturel et de diminuer les risques liés au changement climatique."

Le principal objectif est d'améliorer le débit du fleuve en le reliant à des zones abandonnées. "Nous traversons actuellement le tronçon principal du fleuve. Le plan de réhabilitation vise principalement à supprimer les obstacles faits de sable afin de permettre à l'eau de s'écouler là où elle n'a pas coulé depuis plus de 30 ans", explique Giorgia Orlandi, correspondante d'euronews.

L'Autorité de bassin du fleuve Pô nous explique comment elle compte procéder. "Nous allons couper la végétation et creuser dans le sol pour permettre au fleuve principal d'être connecté à cette zone, que vous voyez ici, plusieurs fois par an", détaille Meuccio Berselli, secrétaire général de l'Autorité du bassin du Pô. "Ainsi, des zones spécifiques que nous avons déjà identifiées seront remplies d'eau, dans le but de favoriser la biodiversité".

Les secteurs du tourisme et des services pourraient en bénéficier. Jennifer Bacchi gère une boutique de loisirs autour du fleuve. Pour elle, le plan de réhabilitation est évidemment synonyme d'espoir.

"Nous espérons que le nombre de visiteurs va doubler pour atteindre entre 1 600 et 2 000 visiteurs par an", prévoit-elle. "Pour une si petite ville comme la nôtre, cela signifie beaucoup. Potentiellement, nous pourrions avoir une clientèle qui représente environ la moitié de la population locale. Cela signifie que notre gamme de services va se développer. Plus les gens viendront, plus nous proposerons de services. Nous nous attendons à doubler notre chiffre d'affaires".

Mais ce n'est pas pour tout de suite. Le projet de restauration va prendre du temps, la distribution des fonds européens étant étalée jusqu'en 2026.