DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Lituanie va construire un mur à la frontière avec le Bélarus

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP, AP
euronews_icons_loading
La Lituanie va construire un mur à la frontière avec le Bélarus
Tous droits réservés  Mindaugas Kulbis/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les militaires lituaniens ont commencé à installer vendredi une clôture en barbelé à la frontière entre la Lituanie et le Bélarus. Dans un deuxième temps un véritable mur sera construit, a indiqué le ministère lituanien de l'intérieur.

Objectif : freiner l'arrivée de migrants, principalement originaires du Moyen-Orient et d'Afrique, dans ce pays membre de l'Union européenne. Leur nombre aurait fortement augmenté ces derniers mois. Selon les gardes-frontière lituaniens, 1500 traversées illégales auraient été comptabiliséesen 2021, contre seulement 81 pour l'ensemble de l'année 2020. Petit pays de 2,8 millions d'habitants, la Lituanie indique qu'il lui ait difficile d’accueillir tous ces nouveaux arrivants.

Selon le gouvernement lituanien, cette forte progression de l'immigration illégale est encouragée par les autorités bélarusses, qui laisseraient traverser les migrants. Cette semaine, le président bélarusse, AlexandreLoukachenko, a déclaré que son pays ne fermerait pas ses frontières "et ne deviendrait pas un camp pour les personnes fuyant l'Afghanistan, l'Iran, l'Irak, la Syrie, la Libye et la Tunisie". "Nous ne retiendrons personne, ils ne viennent pas chez nous mais dans l'Europe éclairée, chaleureuse et douillette", a-t-il ajouté sur un ton moqueur.

Des relations difficiles

Les relations entre la Lituanie et le Bélarus sont au plus bas, Vilnius étant devenue un lieux stratégique pour l'opposition bélarusse, après après une élection présidentielle contestée dans ce pays. La cheffe de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, s'est notamment réfugiée en Lituanie après avoir affirmé avoir battu l'homme fort, le président Alexandre Loukaschenko, lors du scrutin du 9 août 2020, qui, selon les critiques, a été truqué.

Le Bélarus a annoncé fin juin la suspension de sa participation au Partenariat oriental de l'UE, lancé en 2009 et destiné à rapprocher six ex-républiques soviétiques avec l'UE, en représailles aux nouvelles sanctions européennes décidées après le déroutage d'un avion à bord duquel se trouvait un opposant, arrêté à l'aéroport de Minsk.

Le ministère bélarusse des Affaires étrangères a signalé alors que la suspension de cet accord aurait un "impact négatif" sur la lutte contre l'immigration clandestine et le crime organisé.