DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afflux de migrants en Lituanie : Minsk dans le viseur de l'UE

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP et AP
euronews_icons_loading
Afflux de migrants en Lituanie : Minsk dans le viseur de l'UE
Tous droits réservés  Mindaugas Kulbis/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La Lituanie à son tour confrontée à un afflux de migrants illégaux. Des centaines d'entre eux ont traversé ces dernières semaines la frontière en provenance du Bélarus voisin. Des problèmes d’hébergement se posent dans ce petit pays balte membre de l'Union européenne. Dans le village de Verebiejai, un camp a été mis en place dans une école.

"Nous sommes venus depuis Bagdad", explique ce jeune Irakien. "A Minsk, j'ai payé 1 400 dollars pour être conduit jusqu'à une forêt. Je pense qu'il s'agissait de la frontière. Ils m'ont montré dans quelle direction je devais partir. Et puis j'ai marché".

"J'ai dépensé 15 billets de 100 dollars. J'ai marché à travers une forêt. Nous sommes tombés sur un marécage où l'eau montait très haut, mais nous avons continué à marcher dans l'eau. Çà a été difficile d'arriver jusqu'ici. Nous avons affronté des animaux sauvages et toutes sortes de choses. Je pensais que nous allions mourir dans cette forêt. Mais grâce à Dieu, nous avons pu arriver ici", raconte cet autre.

"Dans les médias, j'ai vu beaucoup de gens venir, donc j'ai pensé que la frontière était ouverte alors j'ai saisi ma chance", témoigne cet homme venu du Cameroun.

Pour la cheffe de file de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, elle-même en exil en Lituanie, Minsk se sert des migrants comme d'un moyen de pression sur l'Union européenne.

"Il s'agit manifestement d'une tentative de revanche du régime sur la Lituanie et l'ensemble de l'Union européenne pour leur soutien à la société civile du Belarus", dit-elle.

L'Union européenne envisage de nouvelles sanctions économiques contre le régime au pouvoir au Bélarus pour faire cesser les passages illégaux vers l'UE, a averti lundi le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. "Le régime du président Alexandre Loukachenko doit comprendre qu'il doit respecter ses obligations internationales. S'il persiste, l'UE devra réexaminer ses sanctions et envisager des sanctions économiques plus fortes", a-t-il affirmé.

Selon Les garde-frontières lituaniens, plus de 1 500 migrants ont franchi la frontière depuis le début de l'année, contre seulement 81 pour l'ensemble de 2020.