DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : les Talibans ont annoncé de nouvelles attaques contre le gouvernement

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec afp
euronews_icons_loading
Des milliers d'habitants sont descendus dans la rue pour montrer leur soutien aux forces afghanes.
Des milliers d'habitants sont descendus dans la rue pour montrer leur soutien aux forces afghanes.   -   Tous droits réservés  NOORULLAH SHIRZADA/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

Les talibans ont annoncé mercredi 4 août qu'ils allaient lancer de nouvelles attaques contre des responsables du gouvernement afghan, au lendemain d'un attentat visant le ministre afghan de la Défense à Kaboul, tout en continuant de combattre pour le contrôle de plusieurs grandes villes assiégées.

Première attaque depuis des mois

C'est la première attaque à Kaboul d'une telle ampleur revendiquée par les talibans depuis des mois. Ils avaient plutôt épargné la capitale après avoir signé en février 2020 à Doha un accord avec Washington prévoyant le retrait de tous les soldats étrangers d'Afghanistan. Deux grosses explosions dont celle d'un véhicule piégé, accompagnées d'un assaut armé, ont secoué Kaboul mardi soir, tuant huit civils et faisant une vingtaine de blessés.Les forces de sécurité ont mis environ cinq heures pour briser la résistance des assaillants, qui ont tous été tués.

Manifestations de soutien

Pendant ce temps, de nombreux habitants de Kaboul, répondant à un appel lancé sur les réseaux sociaux, sont montés sur les toits ou descendus dans les rues pour soutenir, les forces afghanes, qui procèdent depuis plusieurs jours à de multiples bombardements pour tenter d'entraver l'avancée des milices islamistes.

Les talibans se sont emparés ces trois derniers mois de vastes territoires ruraux et de postes-frontières clés lors d'une offensive. Les attaques sont de plus en plus fréquentes depuis que les forces internationales se retirent du pays.

Inquiétude des civils

Les Nations unies ont déclaré avoir reçu des rapports faisant état d'un nombre croissant de morts parmi les civils.

Le spectre d'un retour au pouvoir des talibans, qui ont gouverné l'Afghanistan entre 1996 et fin 2001 en imposant un régime islamique ultra-rigoriste, avant d'être chassés par une coalition internationale menée par les États-Unis, inquiète nombre d'Afghans.

L'ONG Human Rights Watch (HRW) a accusé dans un communiqué les talibans d'avoir "sommairement" exécuté, pour leurs liens présumés avec le gouvernement, des soldats, policiers et civils retenus prisonniers dans les territoires qu'ils ont récemment conquis.

Dans un communiqué mercredi, les insurgés ont quant à eux accusé Washington d'encourager un "exode" en octroyant des visas à des Afghans ayant travaillé pour les Etats-Unis dans le pays, afin qu'ils échappent à de possibles représailles talibanes.