DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : les Occidentaux accélèrent leur retrait face à l'avancée des talibans

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Afghanistan : les Occidentaux accélèrent leur retrait face à l'avancée des talibans
Tous droits réservés  Gulabuddin Amiri/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

En Afghanistan, les talibans se rapprochent de la capitale après avoir pris le contrôle de nombreuses grandes villes. Les Occidentaux accélèrent le retrait de leurs ressortissants encore présents à Kaboul.

En Afghanistan, la situation semble évoluer très rapidement, avec les groupes talibans qui se rapprochent de Kaboul.

Les forces talibanes ont déjà pris le contrôle de la moitié des capitales provinciales. Des succès militaires obtenus en quelques jours à peine.

Ce vendredi soir, les Etats-Unis indiquaient que Kaboul n'était "pas actuellement dans un contexte de menace imminente", selon les mots du Pentagone.

N'empêche, la plupart de pays occidentaux encore présents en Afghanistan sont en train de rapatrier leurs ressortissants. Ainsi le Danemark, la Norvège, l'Espagne ou encore l'Allemagne.

ALLEMAGNE

Ce vendredi soir, Heiko Maas ministre allemand des Affaires étrangères, indiquait que son pays allait "réduire dans les prochains jours le personnel de l'ambassade au minimum absolument nécessaire".

"Nous allons envoyer une équipe de soutien à Kaboul pour nous aider à renforcer les mesures de sécurité et à mettre en oeuvre les mesures d'évacuation que nous avons décidées", a-t-il ajouté.

OTAN

Le secrétaire général de l'OTAN s'est également exprimé, à l'issue d'une réunion avec les ambassadeurs de l'Alliance à Bruxelles.

Pas de décision officielle, mais un message réaffirmé : "Les talibans doivent comprendre qu'ils ne seront pas reconnus par la communauté internationale s'ils prennent le pouvoir par la force".

ROYAUME-UNI

Réaction également à Londres. "Ce que nous devons faire maintenant, a dit le Premier ministre britannique Boris Johnson, ce n'est pas tourner le dos à l'Afghanistan, mais continuer - en tant que membre du Conseil de Sécurité de l'ONU- à travailler avec nos partenaires pour nous assurer que le gouvernement de Kaboul ne laisse pas le pays redevenir un terrain fertile pour le terrorisme."

FRANCE

De leur côté, les autorités françaises ont une nouvelle fois appelé leurs ressortissants à quitter l'Afghanistan dès que possible.

Et de promettre par ailleurs "un effort exceptionnel" pour accueillir en France, des personnalités afghanes menacées pour leur engagement en faveur des droits humains.

Dans un communiqué ce vendredi, l'Elysée soulignait que la France était l'un des seuls pays européens qui continue à accorder des visas depuis Kaboul.