DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : les talibans ont commencé à entrer dans Kaboul

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Afghanistan : les talibans ont commencé à entrer dans Kaboul
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Trois officiels du ministère de l'Intérieur afghan ont affirmé ce dimanche matin que les talibans étaient entrés dans Kaboul. Des coups de feu ont été entendus à plusieurs reprises aux abords de la ville.

Un porte-parole des talibans a affirmé que les combattants avaient reçu l'ordre de rester aux portes de la ville.

Un chef taliban, actuellement à Doha où des pourparlers ont lieu, selon l'agence AP, a demandé à leurs combattants de ne pas utiliser la violence dans Kaboul, de permettre à ceux qui le souhaitent de fuir et quitter la ville, et demander aux femmes de se mettre à l'abri dans des zones protégées.

Une progression éclair

Ce samedi soir, Mazar e Sharif et Jalalabad étaient les deux grandes dernières villes prises par les talibans en Afghanistan. Mazar E Sharif, dans le nord du pays, était censée être très défendue. Sa chute, a près de lourds combats, est un nouveau revers majeur pour le gouvernement. Quant à Jalalabad, elle isole un peu plus Kaboul. La capitale afghane qui va, peut-être d'ici quelques jours ou moins, se retrouver assiégée par les talibans.

Mais certains n'ont aucune intention de se laiser faire. "Nous ne sommes pas des gens qui, vous savez, retournent à l'obscurantisme, dit cette femme. Je suis une fille et je ne me soucie de personne. Ni le Pakistan, ni l'Amérique. Personne ne s'en soucie. Et je suis ici même aujourd'hui. S'ils me tuent, s'ils me trouvent, je m'en fiche d'eux. De quoi devrais-je avoir peur ? C'est ma patrie, ma terre".

Des milliers de familles, fuyant la progression des talibans, se sont réfugiées à Kaboul. Certaines tentent de fuir le pays par les airs, ou cherchent l'aide des Américains pour être évacuées. Mais la plupart restent dans des parcs et espèrent y rester en sécurité le plus longtemps possible.

Dans les provinces déjà gouvernées par les talibans, les anciens travailleurs gouvernementaux ou soldats de l'armée afghane se sont vus offrir des lettres d'amnistie par les nouveaux hommes forts. Ceux qui ne sont pas dans leur région doivent y rentrer pour demander sur place ce précieux document censé les protéger.