EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Afghanistan aux mains des talibans après leur entrée dans Kaboul

L'Afghanistan aux mains des talibans après leur entrée dans Kaboul
Tous droits réservés Zabi Karimi/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Zabi Karimi/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les insurgés ont investi la capitale, symbole de leur victoire, et le président Ashraf Ghani a fui le pays.

PUBLICITÉ

L'Afghanistan de retour aux mains des talibans, deux décennies après leur éviction par les forces américaines.

Sur ces images, les combattants ont investi l'intérieur du palais présidentiel à Kaboul, symbole de leur victoire militaire dans un pays qu'ils ont reconquis à une vitesse foudroyante, en moins de quatre mois.

Mais alors que de nombreux afghans craignent pour leur avenir, Suhail Shaheen, porte-parole politique des talibans, a affirmé qu'il s'agissait d'un soulèvement populaire : "Je pense qu'un gouvernement afghan inclusif, c'est la demande, la volonté, et le désir du peuple afghan. Ils veulent ce gouvernement. C'est donc un soulèvement populaire"

Fuir le pays

Alors que les talibans avançaient dans la capitale, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et de nombreux autres pays ont évacué le personnel de leurs ambassades. Plusieurs, ont envoyé des troupes pour aider leurs ressortissants à fuir.

Le président américain Joe Biden a décidé d'envoyer 6000 soldats pour sécuriser les évacuations de milliers de civils américains et afghans. Au total, le Pentagone estime à 30 000, le nombre de personnes à évacuer.

Mais dimanche soir, des dizaines de personnes désespérées de fuir la capitale afghane ont envahi l'aéroport. Tous les vols commerciaux sont désormais interrompus.

Retour à une version ultra-rigoriste de la loi islamique

Si les talibans ont promis qu'ils respecteraient les droits humains s'ils revenaient au pouvoir, ils ont déjà été accusés de nombreuses atrocités dans les zones nouvellement conquises : meurtres de civils, décapitations ou encore enlèvements d'adolescentes pour les marier de force.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Panique et confusion à l'aéroport de Kaboul, envahi par des milliers d'Afghans

Afghanistan : sous le feu des critiques, l'administration américaine se justifie

Le président Ashraf Ghani a quitté l'Afghanistan, les talibans aux portes du pouvoir