EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Panique et confusion à l'aéroport de Kaboul, envahi par des milliers d'Afghans

Panique et confusion à l'aéroport de Kaboul, envahi par des milliers d'Afghans
Tous droits réservés -/AFP or licensors
Tous droits réservés -/AFP or licensors
Par Maxime Biosse Duplan
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des coups de feu ont été tirés en l'air par les soldats américains à l'aéroport de Kaboul pour tenter de contrôler la foule.

PUBLICITÉ

Des coups de feu tirés en l'air par les soldats américains à l'aéroport de Kaboul pour tenter de contrôler la foule... Depuis ce dimanche, des milliers d'Afghans paniqués se ruent à l'aéroport pour fuir par les airs leur pays tombé aux mains des talibans.

L'aéroport a été fermé depuis ce lundi pour les civils et tous les vols commerciaux ont été annulés. Beaucoup de familles ont vu sur les réseaux sociaux que certains pays comme le Canada acceptaient les demandes d'asile et se sont alors ruées vers l'aéroport. Le tarmac a été envahi et les passerelles d'accès prises d'assaut...

Pour les Européens, les évacuations se font dans l'urgence mais avec beaucoup plus de calme. On a vu par exemple des citoyens croates évacués par un hélicoptère américain.

Washington a envoyé 6.000 militaires sur place pour évacuer tous les membres de son corps diplomatique et les nombreux civils afghans ayant coopéré avec les États-Unis et qui craignent les représailles des talibans.

La Royal Air Force, la Luftwaffe, ou l'armée de l'air française ont toutes envoyé du personnel sur place pour sécuriser des couloirs d'évacuation. Pour les Français, un première rotation aérienne doit avoir lieu avant ce lundi soir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Afghanistan aux mains des talibans après leur entrée dans Kaboul

Au moins 68 morts en Afghanistan après des crues soudaines

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire