La vie sous les talibans en Afghanistan : "Rentrez chez vous car aucun homme ne vous a accompagnée"

La vie sous les talibans en Afghanistan : "Rentrez chez vous car aucun homme ne vous a accompagnée"
Tous droits réservés Rahmat Gul/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une jeune journaliste afghane vivant à Kaboul témoigne sous couvert d'anonymat sur euronews.

PUBLICITÉ

Comment la population de Kaboul vit-elle le retour des talibans au pouvoir ? Une jeune journaliste afghane vivant à Kaboul livre sur euronews un témoignage glaçant, sous couvert d'anonymat.

"Hier, en rentrant du bureau, je suis allée acheter des produits de première nécessité", raconte la journaliste afghane jointe par euronews. "Le vendeur m'a dit : rentrez chez vous car aucun homme ne vous a accompagnée et les talibans sont là, maintenant. Vous ne portez pas de hijab ou de burqa convenable. Et sans burqa, les talibans peuvent vous faire du mal".

"J'ai pensé que je devais me dépêcher et je suis rentrée chez moi immédiatement. Je ne pouvais pas imaginer que Kaboul s'effondrerait si vite et sans aucune résistance. Les Américains prédisaient que Kaboul pouvait tomber en sept jours", poursuit-elle.

Et cette jeune afghane d'ajouter : "Il n'y a pas d'endroit sûr à Kaboul en ce moment. Nous restons chez nous et ne prenons pas le risque de quitter la maison. La majorité de la population n'aime pas les talibans. Elle pense que les États-Unis et le gouvernement afghan les ont trahis."

Beaucoup d'Afghans, principalement dans les villes, craignent que les talibans n'imposent la même version ultra-rigoriste de la loi islamique que lorsqu'ils dirigeaient leur pays, entre 1996 et 2001.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Afghanistan : retour à Kaboul pour deux anciens prisonniers de Guantanamo

Plus de 165 000 migrants afghans ont quitté le Pakistan pour rentrer dans leur pays en octobre

Afghanistan : au moins mille morts dans le séisme de samedi