Autriche : le chancelier Sebastian Kurz n'accueillera pas d'Afghans

kurz speaking
kurz speaking Tous droits réservés AFP
Par Laura Berlioz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chancelier autrichien Sebastian Kurz n'a pas l'intention d'offrir une protection aux réfugiés issus d'Afghanistan où les talibans ont pris le pouvoir. Avec plus de 40 000 Afghans déjà présents en Autriche, le pays accueille la plus large communauté afghane en Europe.

PUBLICITÉ

Tandis que des milliers de personnes ont manifesté à Paris ou encore Berlin ce week-end pour l’accueil des réfugiés, la tendance est tout autre en Autriche.

Sur Twitter, le chancelier Sébastian Kurz s’est exprimé contre.

"Les événements en Afghanistan sont dramatiques mais il ne faut pas répéter les erreurs de 2015", a écrit le chancelier. Avec plus de 40 000 ressortissants déjà présents sur son sol, l'Autriche est le pays qui accueille la plus large communauté afghane en Europe par rapport à la taille de sa population.

Le chancelier suggère l'expulsion de réfugiés d'Afghanistan vers les pays voisins.

Vladimir Poutine redoute des "combattants déguisés"

Plusieurs ex-républiques soviétiques d'Asie centrale partagent une frontière avec l'Afghanistan et la Russie. Le président Vladimir Poutine redoute l'arrivée de combattants qui se cacheraient parmi les réfugiés : "Qui peut se cacher parmi ces réfugiés ? Nous ne le savons pas. Des centaines, voire des centaines de milliers ou peut-être des millions de personnes pourraient vouloir fuir le territoire. Et nous n'avons aucune restriction de visa avec nos plus proches alliés et voisins."

L'Afghanistan fera l'objet de discussions lundi lors d'un sommet en ligne de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), une alliance militaire réunissant plusieurs ex-républiques soviétiques, menée par la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Kaboul, toujours le sauve-qui-peut. A Washington, Joe Biden défend sa stratégie

L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz reconnu coupable de faux témoignage

Le Parlement albanais approuve un accord controversé sur les migrants avec l'Italie