DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : plus de 82 000 personnes évacuées depuis Kaboul

Access to the comments Discussion
Par Vincent Coste avec AP, AFP
 Des centaines de personnes se rassemblant près d'un avion de transport C-17 de l'armée de l'air américaine, sur l'aéroport international de Kaboul, en Afghanistan, le 16 août
Des centaines de personnes se rassemblant près d'un avion de transport C-17 de l'armée de l'air américaine, sur l'aéroport international de Kaboul, en Afghanistan, le 16 août   -   Tous droits réservés  AP Photo/Shekib Rahmani
Taille du texte Aa Aa

Des dizaines de milliers de personnes ont fui l'Afghanistan depuis la reprise du pouvoir par les talibans le 15 août dernier. A ce jour, selon nos calculs, ce sont plus de 82 000 personnes qui ont quitté Kaboul, depuis l'aéroport de la capitale afghane sous contrôle de l'armée américaine. Pour saisir l'ampleur, ce nombre est supérieur à la population de ville française de La Rochelle (76 114 habitants selon les dernières statistiques officielles).

Parmi ces personnes évacuées, les pays ayant mis en place des ponts aériens ont rapatrié les membres de leurs représentations diplomatiques, des personnels d'ONG, ainsi que des journalistes. De nombreuses chancelleries ont également indiqué vouloir exfiltrer des Afghanes et des Afghans ayant travaillé pour leurs délégations nationales ou pour la coalition internationale. De plus, certains pays se sont engagés à faire sortir du pays des personnes ayant peur des représailles que les nouveaux maîtres de Kaboul pourraient leur faire subir, en raison de leur engagement (droits des femmes, etc.)

Dans les faits, ce sont les Etats-Unis qui ont évacué le plus de personnes. Washington a ainsi effectué plus de 21 000 évacuations ces dernières 24 heures, ce qui représente 58 700 personnes depuis le 14 août dernier, selon une porte-parole du conseil de sécurité de la Maison-Blanche.

Le président Joe Biden avait déclaré la semaine dernière que les Etats-Unis prévoyaient d'évacuer d'ici le 31 août prochain, tous les Américains présents sur le sol afghan, soit entre 10 000 et 15 000 personnes, et espéraient pouvoir faire de même pour leurs alliés afghans et leurs familles, entre 50 000 et 65 000 personnes.

Le Royaume-Uni, selon le ministère britannique de la Défense, a, lui, procédé depuis le 13 août à l'évacuation de 8 458 personnes dans le cadre d'une opération baptisée "PITTING".

Parmi ces personnes qui ont été évacuées par Londres se trouvent 5 171 Afghans. Les autorités britanniques ont également indiqué que 9 vols militaires avaient quitté Kaboul ces dernières 24 heures.

L'Allemagne a également mis en place un vaste pont aérien. La Bundeswehr, l'armée allemande, a ainsi organisé des dizaines de vols qui ont permis de prendre en charge, à Kaboul, 200 personnes supplémentaires ce mardi.

En tout, Berlin a évacué 2 900 personnes, dont des Allemands, des Afghans et des ressortissants de pays partenaires internationaux.

L'Italie a, elle, exfiltré 2 247 civils afghans ces derniers dix jours. Rome compte évacuer encore 1 300 autres personnes qui attendent leur départ de l'aéroport de Kaboul.

"Journées non-stop pour les forces armées engagées dans une extraordinaire opération d'évacuation humanitaire en Afghanistan", Lorenzo Guerini, ministre italien de la Défense

Le ministère italien de la Défense a déployé d'importants moyens pour permettre ce pont aérien. Huit avions et 1 500 militaires ont pris part à cette opération baptisée "Aquila Omnia".

Le Canada a également évacué environ 2 000 personnes, dont 500 dans un vol qui a quitté Kaboul, ce lundi, selon le ministre de la Défense canadien Harjit Sajjan.

Son collègue des Affaires étrangères, Marc Mendicino, avait, lui, indiqué le 23 août que le Canada avait "maintenant évacué plus de 1500 réfugiés afghans en sécurité".

En France, deux nouveaux vols de personnes évacuées en provenance de Kaboul ont atterri ce mardi à Paris, transportant 450 personnes dont une grande majorité d'Afghans.

Le Premier ministre français, Jean Castex, a déclaré que ce sont désormais plus de 2 000 personnes qui ont été évacuées vers la France, dont 1 500 Afghans selon le ministère des Affaires étrangères.

Ce mardi, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a indiqué que son pays avait évacué d'Afghanistan 1 404 personnes, dont 1 061 Turcs et 343 "d'autres nationalités".

L'armée néerlandaise a effectué douze vols à l'aide de transport militaires permettant l'évacuation de 1 000 personnes, des ressortissants néerlandais, des Afghans et des citoyens d'autres pays.

L'Espagne a accueilli à ce stade 710 personnes évacuées. Mais Madrid a indiqué ce mardi que 290 Afghans devraient arriver "aujourd'hui".

En outre, l'Espagne sert aussi désormais, via ses bases de Rota et Moron en Andalousie (sud), de pays de transit pour des évacuations de collaborateurs des Etats-Unis et il va recevoir, dans ce cadre, 4 000 Afghans "pour une période de 15 jours", a indiqué lundi la ministre de la Défense Margarita Robles.

Les avions de l'opération militaire belge ont permis d'évacuer à ce stade "environ 700 personnes", a déclaré lundi soir la ministre belge de la Défense Ludivine Dedonder. Il s'agit d'Afghans, de Belges, mais aussi de Néerlandais et de Danois.

L'Australie a, elle, indiqué avoir effectué le rapatriement de 650 personnes, dont des officiels australiens et néo-zélandais ainsi que des Afghans.

Le Danemark a rapatrié 650 personnes dont au moins 45 Afghans et leurs familles. En Pologne, plus de 350 personnes sont déjà arrivées.

Un avion a atterri ce mardi à Zurich avec à son bord 219 passagers, dont des ressortissants suisses, afghans et suédois. Au total, ce sont pratiquement 300 personnes "en lien avec la Suisse" qui ont pu quitter l'Afghanistan.

Josep Borell, le Haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères, a indiqué ce mardi que 260 membres de la délégation de l'UE étaient en route ou sont arrivés en Europe.

Ces personnes évacuées viennent s'ajouter aux 150 qui avaient déjà pu quitter l'Afghanistan.

La Suède a évacué plus de 170 personnes, dont 68 ayant travaillé pour son armée qui ont eu des permis de résidence.

La Hongrie, la Bulgarie, l'Autriche, l'Inde et le Japon ont aussi exfiltré des dizaines de personnes.