DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Les jeunes Chinois ne peuvent plus jouer aux jeux vidéo plus de trois heures par semaine

Access to the comments Discussion
Par euronews / AFP
euronews_icons_loading
Dans un magasin de jeux vidéo à Pékin
Dans un magasin de jeux vidéo à Pékin   -   Tous droits réservés  Ng Han Guan/AP
Taille du texte Aa Aa

"L'opium mental", c'est ainsi que le gouvernement chinois qualifie les jeux vidéo. Pékin a imposé lundi 30 août, aux mineurs de nouvelles limitations sur leur utilisation, à savoir le vendredi et le weekend uniquement, et ce sans dépasser trois heures hebdomadaires. Soit dix heures de moins qu'auparavant. De premières restrictions sur les jeux vidéo avaient déjà été appliquées en 2019.

Les sociétés de jeux en ligne n'auront pas le droit de leur fournir des services de jeux en dehors de cette plage horaire et devront s'assurer de la mise en place de systèmes de vérification d'identité, a déclaré l'autorité de régulation, qui supervise le marché des jeux vidéo dans le pays.

Les réactions dans les rues ne sont pas toujours positives. "Oui, cela me concerne", affirme cette jeune fille. "Jouer aux jeux vidéo me détend toujours, après une longue journée au lycée" ajoute t-elle. "Cette décision va affecter mon fils", ajoute cette femme. "Mais nous ne voulons pas lui interdire complètement les jeux vidéo. Ils peuvent être utiles aussi".

Les nouvelles limitations ne peuvent s'appliquer qu'aux jeux connectés en réseaux, mais c'est la grande majorité, et les utilisateurs vont devoir se connecter avec une pièce d'identité.

Cet homme approuve les limitations gouvernementales : "Jouer ne fait que causer des problèmes de santé physique et mentale aux enfants. Même leurs yeux souffrent. J'espère que cette décision nationale va durer longtemps".

La Chine limitait jusqu'à présent l'accès des mineurs aux jeux en ligne à trois heures pendant les vacances et à une heure et demie les autres jours.

Haro sur les géants numériques

Les autorités chinoises se sont lancées dans une guerre contre les géants numériques du secteur, comme Alibaba Group et Tencent Holdings, dont le pouvoir inquiète Pékin, et contre plusieurs startups aux pratiques concurrentielles jugées trop sauvages.

L'Administration nationale de la presse et des publications augmentera également la fréquence et l'intensité des inspections des sociétés de jeux en ligne afin de s'assurer de la mise en place de limites de temps et de systèmes de lutte contre la dépendance, a-t-elle déclaré à Chine nouvelle.