DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Congrès mondial pour la nature : à Marseille, E. Macron ne convainc pas les ONG

Access to the comments Discussion
Par Laura Berlioz
euronews_icons_loading
Congrès mondial pour la nature : à Marseille, E. Macron ne convainc pas les ONG
Tous droits réservés  AP Photo/Daniel Cole
Taille du texte Aa Aa

Après un été marqué de violents événements climatiques, le Congrès de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) s'est ouvert ce vendredi 3 septembre à Marseille en présence d'Emmanuel Macron. Face à l'urgence environnementale, des ONG attendaient des actes et des financements de la part d'Emmanuel Macron, mais elles n'ont pas été entièrement convaincues.

Le Congrès mondial de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), qui rassemble agences gouvernementales, ONG, scientifiques, représentants des peuples autochtones, est un temps fort pour la protection de la nature. La France, pays hôte au patrimoine naturel est très riche, y tient un rôle particulier.

Parmi les invités, la star américaine Harrison Ford, investie dans l' ONG "Conservation International" depuis 1991 : "La terre possède des écosystèmes irremplaçables riches en carbone et en biodiversité. En ne préservant qu'une petite fraction de ces zones humides, forêts tropicales et mangroves, nous pouvons protéger notre faune, notre air, notre eau, notre nourriture, nos emplois et notre climat."

De son côté, Emmanuel Macron met en garde : "L'urgence est là". Il a pris l'engagement de placer en protection forte 5% des eaux françaises en Méditerranée en 2027, promis une "initiative forte" pour sortir des pesticides au niveau européen ou encore réaffirmé que Paris est contre l'accord Mercosur "tel qu'il est négocié aujourd'hui".

Pierre Cannet, de WWF France, parle d'une "rentrée mitigée du président de la République sur le front de la biodiversité". S'il salue les déclarations pour la Méditerranée et les engagements à ne pas importer des matières premières liées à la déforestation, sa "vision et le cap (...) restent flous et sans consistance".

L'enjeu de ce Congrès reste stratégique pour les ONG. Elles peuvent s'en servir pour envoyer des messages politiques.