DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le réchauffement climatique, une menace pour notre santé

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Le réchauffement climatique, une menace pour notre santé
Tous droits réservés  Matt Dunham/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Nouvel avertissement sur l'impact du réchauffement : plusieurs centaines de scientifiques alertent sur les dégâts causés sur notre santé et sur celles des enfants.

Il émane cette fois de plusieurs centaines de scientifiques qui alertent sur les dégâts causés sur notre santé.

Ces spécialistes ont tous signé une tribune publiée dans les plus grandes revues médicales. Ils évoquent les conséquences connues du réchauffement climatique : problèmes de déshydratation lors des canicules, insuffisances respiratoires et cardiaques.

Et puis il y a aussi d'autres pathologies plus sournoises : cancers de la peau, infections tropicales comme la dengue, complications des grossesses, troubles mentaux...

Sir Andrew Haines est épidémiologiste et universitaire britannique.

« La plupart des gens considèrent le changement climatique comme une menace pour l'environnement, ce qui est vrai, bien sûr. Mais c'est aussi une menace pour notre santé, pour la santé des générations d'aujourd'hui et celles de demain.

Si l'on envisage le changement climatique comme une menace pour notre santé, alors, cela devrait nous amener tous à faire un réel effort pour réduire les émissions de gaz domestiques. »

Dans leur tribune, les scientifiques soulignent, eux aussi, combien les personnes les plus vulnérables sont les plus exposées à l'impact du changement climatique. Complications de la grossesse pour les femmes enceintes, fragilité accrue des enfants et des personnes âgées...

Pollution de l'air

« Il y a de nombreux avantages à aller vers une "économie décarbonée", avance Sir Andrew Haines, Ce n'est pas seulement pour réduire le réchauffement climatique de manière générale, c'est aussi pour réduire la pollution de l'air. Car une grande partie de cette pollution de l'air provient de la combustion des énergies fossiles. »

Faisant le parallèle avec la crise sanitaire mondiale liée au Covid, le patron de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus, souligne que si la pandémie de coronavirus prendra fin un jour, en revanche, il n'existe aucun vaccin contre la crise du climat.