EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Politique de l'UE. Elections européennes : des réseaux sociaux sous influence, mais un peu mieux surveillés dans l'UE

Les plateformes en ligne sont largement utilisées dans le cadre de la campagne électorale.
Les plateformes en ligne sont largement utilisées dans le cadre de la campagne électorale. Tous droits réservés AP Photo, File
Tous droits réservés AP Photo, File
Par Cynthia KroetEuronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Par rapport aux élections de 2019, davantage de règles relatives aux plateformes de l'UE sont en place.

PUBLICITÉ

En juin prochain, quelque 365 millions d'électeurs seront habilités à voter aux élections européennes, y compris de nombreux jeunes pour qui les réseaux sociaux constituent une ressource vitale voire unique pour s'informer. Quatre pays — la Belgique, l'Allemagne, Malte et l'Autriche — autorisent d'ailleurs les jeunes de 16 ans à voter, tandis qu'en Grèce, l'âge minimum pour voter est de 17 ans.

Face aux risques d'ingérence et aux campagnes de désinformation, les choses ont  bien changé en cinq ans dans l'UE.

Si en 2019, les règles relatives à la lutte contre la désinformation étaient moins nombreuses, depuis les Etats membres et l'UE ont musclé leur réponse législative incluant désormais l'IA. Voici un état des lieux.

1. TikTok dans le viseur

Si les plateformes ont joué un rôle dans la campagne électorale de 2019, TikTok est en train de modifier la donne. Alors que Facebook et Twitter (aujourd'hui X) étaient déjà très importants il y a cinq ans, la plateforme chinoise de partage de vidéos TikTok a rapidement gagné en popularité et compte aujourd'hui plus de 150 millions d'utilisateurs mensuels en Europe. Meta dépasse toujours ce chiffre avec quelque 408 millions d'utilisateurs mensuels en Europe.

Un rapport du Service de recherche du Parlement européen indique que le taux de participation aux élections en 2019 a atteint 50,6 %, en grande partie grâce à la participation des jeunes, déclenchée par une campagne parlementaire et à l'utilisation de plateformes telles que Snapchat. TikTok, qui compte un grand nombre de jeunes utilisateurs, pourrait jouer un rôle tout aussi central cette fois-ci, malgré les bouleversements réglementaires de la plateforme ces derniers mois.

La Commission européenne et le Parlement ont appelé le personnel à interdire l'application sur les téléphones professionnels pour des raisons de cybersécurité. Il est également "fortement recommandé" aux eurodéputés et à leurs assistants de supprimer TikTok de leurs appareils personnels. Certains groupes politiques, tels que le groupe social-démocrate S&D et la Gauche (GUE/NGL) utilisent l'application pour leurs campagnes. Mais les craintes accrues en matière de sécurité et de protection des données suscitées ces derniers jours par cette entreprise populaire ont donné une autre tournure à la situation. La Commission a lancé deux enquêtes de conformité liées à la protection des enfants en ligne dans le cadre de la réglementation de l'UE sur les plateformes en février et avril.

2. Une loi européenne sur l'intelligence artificielle

L'Europe a été le premier continent à réglementer l'IA : sa loi tente d'imposer des règles strictes aux systèmes d'apprentissage automatique à haut risque, et elle ajoute des exigences de transparence pour les outils d'IA générative (GenAI) tels que ChatGPT. La loi sur l'IA devrait entrer en vigueur en juin, mais trop tard pour avoir un impact sur les élections européennes.

Néanmoins, la prise de conscience des risques liés à ces outils s'est accrue. Les électeurs de l'UE sont de plus en plus préoccupés par l'impact de l'IA sur les processus démocratiques, notamment par sa capacité à accroître la diffusion de fausses informations et de contrefaçons profondes, ce qui rend difficile la distinction entre le réel et l'illusoire, selon des enquêtes.

Afin de faire face à ces risques, des plateformes telles que Microsoft, Google et Meta se sont déjà engagées à empêcher l'ingérence de l'IA dans les élections dans un accord électoral sur l'IA présenté au Conseil de sécurité de Munich en février dernier. « Alors que la société profite des avantages de l'IA, nous avons la responsabilité de veiller à ce que ces outils ne soient pas utilisés comme armes lors des élections », a déclaré Brad Smith, vice-président et président de Microsoft, lors de la signature.

Conformément aux lignes directrices de la Commission sur GenAI, les grandes plateformes en ligne devront par exemple utiliser des filigranes pour garantir aux utilisateurs que les informations relatives aux processus électoraux sont officielles. Meta a indiqué qu'elle incluait déjà des filigranes visibles et invisibles pour les images créées avec sa plateforme GenAI.

3. Les services numériques mieux encadrés

En vertu de la loi sur les services numériques (DSA), proposée par la Commission européenne en 2020, les plateformes en ligne comptant plus de 45 millions d'utilisateurs mensuels en moyenne, y compris Facebook et TikTok, sont désormais obligées de prendre des mesures contre la désinformation et la manipulation des élections. Les règles ont commencé à s'appliquer à ces grandes entreprises technologiques en août de l'année dernière.

Les entreprises doivent également mettre en place des outils de modération du contenu, qui incluent la possibilité de contester les décisions lorsque le contenu des utilisateurs est supprimé ou restreint, ainsi qu'une transparence accrue pour les utilisateurs en ce qui concerne les termes et conditions et la manière dont les algorithmes recommandent le contenu.

La vice-présidente de la Commission européenne, Margrethe Vestager, a déclaré que de nombreux débats électoraux se dérouleront en ligne et que la DSA fournit des outils pour travailler en collaboration avec les plateformes en ligne. "Nous pouvons faire face aux nouveaux risques en ligne qui pèsent sur les processus électoraux, tels que les contrefaçons profondes. Nous pouvons ainsi permettre aux gens, en toute sécurité, de s'engager, de discuter et de prendre leur décision sans ingérence illégale", a-t-elle déclaré.

Pour permettre aux entreprises de tester les règles, la Commission a récemment (24 avril) organisé un test de résistance sur les directives électorales de la DSA.

Les organisations à but non lucratif Mozilla et CheckFirst ont indiqué dans une étude publiée ce mois-ci (le 16 avril) que les plateformes en ligne ne fournissent pas suffisamment d'informations sur l'influence rémunérée et les publicités commerciales à l'approche des élections européennes de juin. Les groupes de la société civile s'interrogent également sur le manque de modérateurs de contenu pour certaines langues de l'UE comme le maltais, le néerlandais et l'estonien ; et donc sur la capacité des plateformes à réellement mettre fin à la désinformation publiée dans ces pays. En outre, le DSA ne contient aucune information sur la manière dont les langues non officielles de l'UE sont modérées et sur la manière dont le contenu en russe ou en arabe, par exemple, est modéré dans l'UE.

4. Quid de la publicité politique ?

Une autre modification de la réglementation réside dans le durcissement des règles relatives à la publicité politique. En février dernier, le Parlement européen a approuvé des règles relatives à ces publicités, dans le but de limiter l'ingérence étrangère, notamment en ligne. Dans ce cadre, les "sponsors" de pays tiers ne seront pas en mesure de payer pour la publicité politique dans l'UE au cours de la période de trois mois précédant une élection ou un référendum.

Les publicités politiques basées sur le profilage et l'utilisation des données des mineurs seront également interdites. En outre, toute publicité politique devra être clairement étiquetée comme telle et inclure des informations telles que qui l'a payée et combien elle a coûté.

Les plans ont été proposés par la Commission européenne en 2021 pour accroître la transparence de la publicité politique, dans le cadre de mesures visant à protéger l'intégrité des élections. Cependant, des groupes de la société civile, dont Access Now, craignent que les règles ne soient arrivées trop tard pour protéger le prochain vote de l'UE ; en outre, des informations telles que le paiement de la publicité ne sont communiquées que par auto-déclaration des groupes politiques.

PUBLICITÉ

"Les mesures de transparence de la nouvelle loi devraient, espérons-le, empêcher la manipulation des électeurs et protéger les données personnelles des personnes contre les abus dans les années à venir, mais elles n'auront pas beaucoup d'impact sur les élections européennes de 2024, ce qui en fera une occasion manquée, même si elle a du potentiel pour l'avenir ", indique Acces Now dans un communiqué.

De leur côté, les sociétés de réseaux sociaux TikTok et Meta ont annoncé ce mois-ci leurs mesures pour lutter contre la désinformation. Par exemple, Meta a déclaré qu'il veillerait à ce que les annonceurs qui diffusent des publicités liées aux élections soient tenus de divulguer s'ils utilisent l'IA ou de fausses images.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Macron favorable à une restriction sur les réseaux sociaux pour les moins de 15 ans

L'UE demande aux réseaux sociaux de mieux lutter contre la désinformation

Propagande prorusse sur les réseaux sociaux : le bilan un an après l'invasion de l'Ukraine