DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Une centaine de ressortissants étrangers sont arrivés au Qatar en provenance de Kaboul

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Une centaine de ressortissants étrangers sont arrivés au Qatar en provenance de Kaboul
Tous droits réservés  AFP (Videostandbild)
Taille du texte Aa Aa

Le soulagement pour ces voyageurs en provenance de Kaboul, désormais en sécurité au Qatar. Un premier vol international a pu quitter l'Afghanistan jeudi. Doha, très impliqué dans cette opération comme dans la relance de l'aéroport de Kaboul, qui tarde à rouvrir aux vols réguliers.

"C'était très difficile. Cela fait dix à vingt jours que nous essayons d'aller à l'aéroport mais personne ne pouvait nous aider, nous y allions mais il y avait des tirs et donc on faisait des allers- retours" explique Abdul, un passager avec une carte verte américaine.

"L'aéroport de Kaboul est déjà détruit, il ne reste plus rien pour les gens là-bas malheureusement, mais nous sommes très heureux avec les Qataris parce qu'ils ont repris l'aéroport" ajoute ce ressortissant canadien.

Parmi la centaine de passagers, une vingtaine de citoyens américains, mais aussi des Britanniques, des Allemands, des Néerlandais ou encore des Canadiens.

Pour la Maison Blanche "C'est un premier pas positif" (...) "Les talibans ont fait preuve de flexibilité et ils ont été professionnels dans nos échanges avec eux dans cet effort" souligne le département d'Etat.

Washington a également remercié le Qatar, qui travaille depuis plusieurs jours pour préparer les structures aéroportuaires de Kaboul à une réouverture progressive. Une tâche compliquée, tant l'aéroport a souffert des évacuations chaotiques de la fin août, menées alors que des milliers d'Afghans faisaient le siège de l'enceinte dans l'espoir de monter dans un des vols affrétés par les pays étrangers.

"Nous nous félicitons de la coopération des talibans qui ont facilité ce vol dans le cadre de leur engagement à permettre aux personnes munies de documents de voyage de partir si elles le souhaitent. Notre équipe à Doha ((et le représentant spécial pour la réconciliation en Afghanistan, l'ambassadeur Khalilzad, a souligné auprès des responsables talibans que des mesures supplémentaires comme celles-ci seront bien accueillies par la communauté internationale" souligne Ned Price, porte-parole du département d'Etat.

Washington reconnaît qu'il reste encore à exfiltrer beaucoup d'Afghans menacés pour avoir travaillé avec l'ancien gouvernement ou les pays occidentaux.

Malgré leur promesse d'ouverture, les talibans ne tolèrent pas la contestation et ont torturé des journalistes qui couvraient une manifestation à Kaboul.