Le pape dit sa honte du massacre des juifs en Slovaquie

Le pape dit sa honte du massacre des juifs en Slovaquie
Tous droits réservés Gregorio Borgia/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le pape a exprimé lundi sa "honte" pour le massacre des juifs slovaques, déplorant que le nom de Dieu ait souvent été utilisé "dans la folie de la haine" durant la Seconde guerre mondiale.

PUBLICITÉ

C'est face aux vestiges de la synagogue de Bratislava que le pape François a rappelé lundi que le nom de Dieu avait été déshonoré pendant la Deuxième Guerre mondiale car souvent utilisé dans "la folie de la haine". Devant des représentants de la communauté juive, le chef de l'Eglise catholique a exprimé sa honte pour le massacre de 100 000 juifs slovaques.

"Ici, en réfléchissant à l'histoire du peuple juif marquée par ce tragique affront au TRès-Haut, nous admettons avec honte combien de fois son nom ineffable a été utilisé pour des actes indicibles d'inhumanité. Combien d'oppresseurs ont dit : Dieu est avec nous, et pourtant c'était eux, qui n'étaient pas avec Dieu" a souligné le pape argentin.

Moins de 300 survivants restèrent dans le pays à l'issue de la guerre. Aujourd'hui la communauté juive ne compte plus qu'environ 2.000 personnes.

Le pape a appelé à être "unis dans la condamnation de toute violence, de toute forme d'antisémitisme". Il a lancé un appel similaire dimanche à Budapest, première étape de son voyage.

Les relations entre catholiques et juifs ont pris un nouveau départ après le document du Concile Vatican II, "Nostra Aetate", qui en 1965 a enfin prôné le respect du judaïsme. Pendant des siècles, l'origine juive de Jésus avait été occultée et les Juifs présentés comme un peuple déicide dans les sermons d'Eglise.

La place où s'est rendu le pape est considérée comme un symbole de cohabitation historique, car pendant des siècles, la synagogue avait existé à côté de la cathédrale Saint-Martin.

Trois jours avant l'arrivée du pape, Bratislava a présenté ses excuses officielles pour l'héritage sombre de l'époque du président Jozef Tiso, un prêtre catholique qui accepta d'envoyer des dizaines de milliers de juifs dans les camps de la mort allemands.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pandémie : en Slovaquie, le Pape François appelle à une "fraternité" dépassant les frontières

Le candidat pro-Russie élu président en Slovaquie

Élection présidentielle en Slovaquie : les deux candidats au coude-à-coude