DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Serbie veut booster le "cyrillique" et l'identité nationale

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
La Serbie veut booster le "cyrillique" et l'identité nationale
Tous droits réservés  Marko Drobnjakovic/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

La Serbie et l'entité serbe de Bosnie ont adopté des lois mercredi pour encourager l'usage de l'alphabet cyrillique, nouvelle tentative pour renforcer une identité nationale commune qui suscite l'alarme dans une région volatile.

Les députés des deux Parlements ont voté deux textes similaires à l'occasion de la journée de "l'unité serbe" en vigueur depuis l'année dernière en Serbie et en Republika srpska (RS), en Bosnie. Tous les Serbes de la région étaient invités à hisser des drapeaux serbes à leurs balcons tandis qu'une démonstration militaire était prévue à Belgrade.

Les nouvelles lois contraignent les entreprises publiques à utiliser le cyrillique dans leurs communications publiques plutôt que l'alphabet latin. Des réductions d'impôts sont prévues pour les entreprises du privé qui feront de même.

La langue serbe peut s'écrire en latin ou en cyrillique mais ce dernier alphabet est considéré comme plus traditionnel que le script latin davantage répandu, surtout chez les plus jeunes.

Hymne national obligatoire

Belgrade est accusé par ses critiques et les groupes de défense des droits de vouloir exercer son influence au-delà de ses frontières et de susciter de l'instabilité dans les pays voisins où vivent de nombreux Serbes, comme au Monténégro ou en Bosnie.

Depuis cette année, le gouvernement serbe a rendu obligatoire l'hymne national à la rentrée scolaire suscitant des protestations dans les régions où la communauté serbe est minoritaire.

En juillet, le ministre serbe de l'Intérieur Aleksander Vulin connu pour sa rhétorique incendiaire, avait évoqué une union politique des Serbes des Balkans baptisée "monde serbe".

"Pour moi, le monde serbe est un pays, -- l'unification --, mais de manière pacifique, sans qu'un coup de feu ne soit tiré", avait-il lancé.

Cette notion a semé la consternation dans les Etats voisins où des voix s'élèvent pour dénoncer un retour aux rêves de "Grande Serbie" de Slobodan Milosevic, déclencheurs de campagnes d'épuration ethnique sur de vastes territoires de l'ex-Yougoslavie dans les années 1990.

Un concept "conquérant et hégémoniste"

Le ministre croate des Affaires étrangères Goran Grlic Radman s'est insurgé contre un concept "invasif, conquérant et hégémoniste".

Les dirigeants des Serbes de Bosnie en profitent au contraire pour réaffirmer leurs velléités séparatistes. L'Occident "nous pousse à vivre avec eux (musulmans et Croates), mais nous n'avons rien en commun", a affirmé mardi Milorad Dodik, membre serbe de la présidence collégiale de Bosnie, évoquant "l'indépendance à laquelle nous aspirons".

Certains analystes soupçonnent les autorités serbes de jouer la carte ethnique pour courtiser le vote nationaliste en Serbie, où des législatives anticipées sont prévues l'année prochaine. "C'est une tentative de se servir du populisme pour détourner l'attention des électeurs de la corruption, de la violation des droits et porter atteinte aux institutions démocratiques soi disant au nom de l'intérêt national", a déclaré à l'AFP l'analyste Aleksandar Popov.