DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Allemagne : après les élections, les tractations pour former un nouveau gouvernement

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Allemagne : après les élections, les tractations pour former un nouveau gouvernement
Tous droits réservés  Michael Probst/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Les quatre plus grands partis allemands ont tenu, dimanche, une série de réunions bilatérales pour approfondir leurs positions respectives avant de décider des prochaines étapes de la formation d’un gouvernement.

L'enjeu est de taille pour la première économie européenne, qui garde un souvenir amer des précédentes négociations de coalition en 2017, qui avaient duré des mois et provoqué une paralysie de l'Union européenne.

Le SPD d'Olaf Scholz, en pole position pour tenter de former le prochain attelage au pouvoir après sa courte victoire, a rencontré tour à tour les libéraux du FDP et les Verts, les deux partis faiseurs de chancelier.

L'objectif de M. Scholz est clair : succéder à Angela Merkel à la chancellerie, à la tête d'une coalition "tricolore" avec ces deux formations.

- "Partie de poker" -

"Il est clair dans tous les sondages que les gens ne veulent pas que la CDU-CSU fasse partie du prochain gouvernement", avait résumé samedi le nouvel homme fort de la social-démocratie allemande dans l'hebdomadaire Der Spiegel, qui le présente en une comme le probable futur chancelier.

Mais l'union conservatrice CDU-CSU, bien que passée pour la première fois depuis 1949 sous la barre des 30 %, n'a pas dit son dernier mot et entend bien tout faire pour tenter de conserver la chancellerie.

Les chrétiens-démocrates de l'impopulaire Armin Laschet ont donc mené des pourparlers avec les libéraux dimanche, avant de rencontrer les "Grünen" mardi.

Tous les ingrédients sont donc réunis pour une gigantesque "partie de poker", selon le Spiegel, en vue de composer le futur attelage aux manettes du pays.

L'opinion publique semble pourtant avoir clairement tranché en faveur du SPD et de son chef de file, actuel ministre des Finances du gouvernement de grande coalition.

Près de six Allemands sur dix (59 %) souhaitent ainsi une coalition "tricolore" entre SPD, Verts et FDP, contre 24 % qui lui préféreraient une coalition menée par les conservateurs, selon un sondage pour la chaîne publique ZDF.