DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Pénurie de pain en Syrie : les trois quarts de la population ont faim

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Les fours traditionnels ont repris du service
Les fours traditionnels ont repris du service   -   Tous droits réservés  Capture d'écran euronews
Taille du texte Aa Aa

La Syrie est en pleine pénurie de céréales et de pain.

Qahwa, mère de huit enfants à Deir ez-Zor, prépare le pain tanour traditionnel à la maison, car acheter le pain dans les boulangeries d'Etat comme avant est devenu difficile et cher. "Le pain des boulangeries ne nous suffit pas. Je suis obligé de faire de la pâte et de la cuire pour nourrir mes enfants. Nous avons besoin de pas moins de 50 pains, je vous jure."

Avant la guerre, la Syrie possédait un surplus de blé, aujourd'hui elle doit l'importer. En 2020, un million de tonnes seulement a été récolté : c'est un quart de sa production d'avant-guerre, et un tiers de ses besoins locaux.

Omar Abdul Razzaq est professeur à la Faculté d'agriculture, Université de l'Euphrate à Deir ez-Zor et Raqqa. "La région nord-est de la Syrie produisait entre 50 et 60 pour cent de la production de blé de la Syrie, explique-t-il. Cette région est tombée hors du contrôle de l'État pendant la guerre. Divers groupes terroristes et armés ont aussi installé des unités de raffinerie de pétrole sur les terres agricoles. En outre, l'Euphrate est la principale source d'eau pour l'agriculture, et le contrôle de la Turquie sur la quantité d'eau qui s'écoule dans la péninsule [syrienne] provoque de graves troubles dans le secteur agricole. Et nous devons importer de Russie pour couvrir les besoins des citoyens."

Les importations mettent sous pression une économie épuisée. Le gouvernement syrien a limité la quantité de pain que chaque famille peut acheter et a doublé les prix à deux reprises au cours de l'année écoulée, poussant les mères de famille dans tout le pays à faire du pain à la maison.

Les enfants se couchent affamés parce que nous ne trouvons pas de pain.
Jamila
Syrienne

Jamila témoigne : "Nous achetons le pain au fournisseur. Aujourd'hui, un paquet coûte 500 livres. Il contient 14 pains. Cela ne suffit pas pour la famille. Parfois, pendant un jour ou deux, nous ne pouvons pas en acheter. Les enfants se couchent affamés parce que nous ne trouvons pas de pain. Où est-ce qu'on peut en trouver ? Nous recevons du blé comme aide du Croissant-Rouge, et nous avons recommencé à cuire du tanour sur le four électrique. Nous attendons des heures que l'électricité revienne, faire la pâte et enfourner".

Selon les enquêtes de l'ONU, 60% des Syriens souffrent d'insécurité alimentaire à cause de la guerre. La Syrie a perdu près d'un million d'hectares de terres arables.