DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nucléaire iranien : l'avertissement israélo-américain au régime de Téhéran

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy avec AFP
euronews_icons_loading
Nucléaire iranien : l'avertissement israélo-américain au régime de Téhéran
Tous droits réservés  Andrew Harnik/The Associated Press
Taille du texte Aa Aa

Les États-Unis et Israël n'écartent pas la possibilité d'un recours à la force militaire contre l'Iran, si le régime de Téhéran ne revient pas dans les clous de ses restrictions nucléaires.

Le recours à la force évoqué

C'est le message qui est ressorti d'une rencontre des ministres des Affaires étrangères Antony Blinken et Yair Lapid à Washington. Les différentes parties incitent le régime de Téhéran à revenir à la table des négociations :

"Si un régime terroriste veut se doter de l'arme nucléaire, nous devons agir, nous devons faire comprendre que le monde civilisé ne le permettra pas. Si les Iraniens ne voient pas que le monde est prêt à les arrêter, ils se précipiteront sur la bombe. Israël se réserve le droit d'agir à tout moment et de n'importe quelle manière. Ce n'est pas seulement notre droit, c'est aussi notre responsabilité", a insisté le chef de la diplomatie israélienne Yair Lapid.

Si un régime terroriste veut se doter de l'arme nucléaire, nous devons agir, nous devons faire comprendre que le monde civilisé ne le permettra pas.
Yair Lapid
Chef de la diplomatie israélienne

L'Iran diffuse des images d'exercices militaires

Dans la foulée de ces déclarations, l'armée iranienne a diffusé des images d'exercices militaires censés protéger des sites "sensibles".

Depuis que Donald Trump a retiré en 2018 les États-Unis de l'accord sur le nucléaire et rétabli les sanctions contre l'Iran, ce dossier "ultrasensible" reste dans l'impasse. Joe Biden, lui, s'est lui dit prêt à revenir dans l'accord à condition que l'Iran renoue avec ses engagements.

Un dossier au point mort

Ces dernières années, le régime de Téhéran s'est de plus en plus affranchi des restrictions nucléaires, restant sourd aux appels des grandes puissances étrangères pour qu'il revienne dans les clous.

Des négociations indirectes ont eu lieu à Vienne. Mais pour l'heure, Téhéran, qui a entre-temps changé de président, n'est toujours pas revenu à la table des négociations et ne donne date aucun signe d'ouverture, suscitant l'impatience des Occidentaux.

Le négociateur de l'Union européenne , Enrique Mora, coordonnateur du texte de 2015, est attendu ce jeudi à Téhéran.