Covid-19 et attestation de vaccination : la Russie lance un test pour identifier les fraudeurs

Covid-19 et attestation de vaccination : la Russie lance un test pour identifier les fraudeurs
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko Jr/ Russian Direct Investment Fund via AP
Par euronews avec Agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les créateurs de vaccin russe contre le coronavirus annoncent le développement d'un test confirmant, ou non, l'injection de Spoutnik V. L'objectif est d'identifier les détenteurs de fausses attestations de vaccination.

PUBLICITÉ

Les créateurs de vaccin russe contre le coronavirus annoncent le développement d'un test confirmant, ou non, l'injection de Spoutnik V. L'objectif est d'identifier les détenteurs de fausses attestations de vaccination. La vérification semble assez simple.

"L'adéno-26 est le premier composant de Spoutnik V. Ce virus est extrêmement rare chez l'homme. Par conséquent, la présence d'anticorps contre l'adéno-26 indique que les gens sont vaccinés", explique le directeur du Centre de recherches russe Gamaleya, qui a mis au point le vaccin russe Spoutnik V.

Un test sanguin suffirait donc à établir si une personne est vaccinée ou non. C’est de cette manière que des spécialistes testent les patients des soins intensifs de certains établissements hospitaliers russes depuis environ un mois. Ces contrôles auraient confirmé la vaccination réelle de près de 80 % des personnes testées et détentrices d'attestations. Les 20 % restantes auraient donc fourni un document falsifié.

Alors que la Russie est confrontée à une vague meurtrière de Covid-19, le mois dernier, les autorités russes avaient déjà ouvert une enquête sur un groupe de soignants de Saint-Pétersbourg accusés d'avoir vendu de fausses attestations de vaccination.

Un médecin et trois infirmières ont été accusés d'avoir émis des certificats officiels sans avoir procédé aux injections, en échange de pots-de-vin totalisant plus d’un millier d’euros.

Il ne s’agirait pas de la seule affaire de ce genre. Le ministère russe de l'Intérieur fait état de centaines de dossiers litigieux concernant la distribution de faux documents médicaux liés aux vaccins contre le Covid-19.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Catherine II, l'impératrice qui voulait vacciner la Russie du XVIIIème siècle

Spoutnik V, le vaccin de la discorde en Slovaquie

Des diplomates rendent hommage à l'ennemi de Poutine Boris Nemtsov