This content is not available in your region

Entre la Pologne et la Bélarus, l'Irakien Sagvan et sa famille sont piégés

Access to the comments Discussion
Par Laurence Alexandrowicz
euronews_icons_loading
Entre la Pologne et la Bélarus, l'Irakien Sagvan et sa famille sont piégés
Tous droits réservés  AP Photo/Matthias Schrader

Pologne, forêt de Bialowieza, à 13 kilomètres de la frontière biélorusse. Des migrants irakiens l'ont franchie. Les gardes-frontières polonais ont enregistré 468 tentatives de passage de la frontière depuis le pays voisin en une journée. Parmi eux Sagvan et sa famille.

"Il n'y a pas d'avenir dans mon pays, explique Sagvan. Vous travaillez toute la journée et pour seulement 10 dollars. Cela ne va pas créer une meilleure vie pour un enfant et un meilleur avenir."

Sagvan a payé 9000 euros pour sa femme sa fille et lui, pour le voyage entre la Turquie et le Bélarus. Après un voyage d'une journée dans la forêt, par des températures glaciales, ils sont arrêtés par les autorités polonaises. Magdalena, une activiste locale,tente de leur fournir une assistance juridique. Elle interpelle les policiers : "Vous ne pouvez pas les emmener tant que nous n'avons pas rempli les documents."

"Nous ne pouvons pas les emmener?, répond le policier. _Vous plaisantez? Allons-y. " _

Les migrants sont embarqués sous les yeux de Magdalena, impuissante.

"Ils vont être repoussés et expulsés vers la forêt, se désole Magdalena. Cet homme qui était là nous a dit qu'il avait déjà été repoussé quatre fois au moins."

La Pologne assure que toute personne qui demande l'asile sur son territoire verra son dossier étudié, mais les défenseurs des droits de l'Homme en doutent. Condamnés à errer dans la forêt à la frontière de deux pays les migrants sont les victimes des pressions politiques du Bélarus sur l'Union européenne.