This content is not available in your region

"Je n'ai pas peur de mourir" : témoignages de migrants dans un camp de fortune près de Calais

Access to the comments Discussion
Par Anne Devineaux  avec AP
euronews_icons_loading
Des tentes abritent des migrants dans un camp de fortune près de Calais, 27/11/2021
Des tentes abritent des migrants dans un camp de fortune près de Calais, 27/11/2021   -   Tous droits réservés  Rafael Yaghobzadeh/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Sur la côte nord de la France, entre Calais et Dunkerque, un camp de fortune a été installé sur une voie ferrée désaffectée. Ils sont environ 150 à camper ici. Des hommes kurdes pour la plupart, mais aussi quelques familles. Les rails les isolent un peu du sol humide. Mais le froid se fait chaque jour plus mordant et tout est bon pour alimenter de petits feux.

"Nous sommes déjà morts"

Le naufrage, qui a fait 27 morts il y a quelques jours, n'a pas entamé la détermination des migrants à rejoindre les côtes anglaises. Kawa est un Iranien de 22 ans. Avec son père, il raconte avoir passé ces six dernières années au Danemark. Là-bas, il dit ne s'être jamais senti libre. Désormais, son objectif est l'Angleterre.

"Je n'ai peur de rien. Je n'ai pas peur de l'eau, pas peur de mourir. Désolé de le dire, mais nous sommes déjà morts. Personne ne nous accepte nulle part. Nous sommes inutiles", dit-il.

Londres reproche à la France ne pas en faire assez pour stopper les traversées. Depuis le naufrage meurtrier de mercredi dernier, les côtes sont davantage surveillées raconte Amanj, 20 ans qui témoigne anonymement.

Contrôles de police renforcés

"Maintenant la police est partout. Ils ne nous laissent plus embarquer facilement. Il y a beaucoup de contrôle de sécurité sur la plage actuellement. La plupart des migrants attendent que la situation revienne à la normale, et ensuite ils tenteront d'aller en Angleterre", explique-t-il.

Les passeurs réclament plus de 3 000 dollars pour une place sur un canot gonflable. Jusqu'à 50 personnes peuvent s'entasser sur ce type d’embarcation.

Depuis le début de l'année, plus de 23 000 migrants ont traversé la Manche, contre 8 500 l'an dernier, selon les chiffres du gouvernement britannique.