This content is not available in your region

Covid-19 : fin du calvaire pour les rugbymen de Cardiff et Munster bloqués en Afrique du Sud

Access to the comments Discussion
Par Vincent Coste  & Afp
Archives : Thomond Park, l'antre du Munster Rugby, à Limerick en Irlande, le 21 janvier 2018
Archives : Thomond Park, l'antre du Munster Rugby, à Limerick en Irlande, le 21 janvier 2018   -   Tous droits réservés  PAUL FAITH / AFP

La péripétie vécue par les joueurs de rugby du Munster et de Cardiff, bloqués en Afrique du Sud en raison des restrictions liées à l'émergence dans ce pays du nouveau variant Omicron, n'est plus qu'un mauvais souvenir. Enfin pas pour tous... En effet, si la majeure partie du staff de ces deux équipes ont déjà quitté l’hémisphère sud, ou vont bientôt le faire, pour rentrer en Europe, certains membres de ces deux formations ont dû rester sur place car testés positifs au Covid-19.

Que faisait ces équipes en Afrique du Sud ?

Les Irlandais du Munster et les Gallois de Cardiff sont deux équipes engagées dans l'United Rugby Championship (URC), un championnat qui a la particularité d'être transnational. A l'origine et jusqu'en 2011, cette compétition alors dénommée "Ligue celte" ne concernait que les "pays" celtiques du Royaume-Uni, à savoir le Pays de Galles, l'Ecosse et l'Irlande. Elle s'est ouverte ensuite à des équipes italiennes (2012, championnat rebaptisé Pro12, et sud-africaines, 2017, Pro14).

Le Munster et Cardiff, ainsi qu'une autre équipe galloise, les _Scarlets, _et le club italien de Zebre, avaient fait le déplacement en Afrique du Sud autour du 20 novembre dernier pour participer à des rencontres contre les formations locales des Bulls, Lions, Stormers et Sharks. Et la "faute à pas de chance" : un élément non-prévisible s'est invité dans l'histoire... le variant Omicron et sa capacité de contagion.

Face à cette situation, l'URC avait indiqué dans un communiqué posté sur ses réseaux sociaux que "la sécurité et le bien-être des joueurs, des entraîneurs, du personnel d'encadrement et des officiels de nos clubs participants sont la priorité absolue et l'URC travaille actuellement avec les quatre clubs visiteurs (Cardiff Rugby, Munster Rugby, Scarlets et Zebre Parma) pour faciliter leur retour dès que possible".

Mais voilà... Des cas positifs ont été rapidement détectés dans les équipes de Munster et de Cardiff. Joueurs et encadrement ont été placés en quarantaine dans des hôtels. Dans le même temps, de très nombreux pays, dont le Royaume-Uni, fermaient leurs portes, un peu dans la panique, aux voyageurs venant d'Afrique du Sud pour se prémunir contre cette nouvelle mutation du coronavirus.
Pendant plusieurs jours, les membres de ces deux formations en isolement ont vécu dans le flou, ne sachant pas quand rentrer chez eux. La club de Cardiff avait même mis en avant les risques que cette situation faisait peser sur la santé mentale de sa délégation.

Retour en Europe... mais pas pour tout le monde

Après avoir été au mauvais moment au mauvais endroit, le Munster a indiqué que le calvaire a pris fin pour la plupart de ses joueurs ce mardi. Mais le club irlandais a toutefois ajouté que 14 membres de sa délégation avaient dû rester en quarantaine au Cap.

"Le groupe élargi du Munster a quitté Le Cap ce soir après qu'un groupe de 34 joueurs et membres du personnel a reçu des résultats négatifs à l'issue de la quatrième série de tests PCR en six jours", a expliqué le Munster dans un communiqué.

"Quatre autres cas positifs ont été identifiés lors de la série de tests PCR de mardi et un groupe total de 14 personnes va passer ses périodes d'isolement respectives dans l'hôtel de quarantaine désigné au Cap", précise le texte.

Côté Cardiff, seuls deux personnes, positives, devront rester sur place, alors que le reste de l'équipe quittera l'Afrique du Sud ce jeudi.

Le club gallois a ajouté qu'à son retour sa délégation passerait dix jours dans un hôtel de quarantaine en Angleterre avant de retourner au pays de Galles. Rhys Blumberg, directeur des opérations du club, avait d'ailleurs critiqué le gouvernement gallois, qui avait refusé d'autoriser le groupe à passer sa période de quarantaine au pays.

"L'empathie et le soutien du gouvernement gallois à l'égard du personnel de Cardiff Rugby bloqué en Afrique du Sud sont absolument épouvantables", avait ainsi tweeté Rhys Blumberg, ajoutant qu"aucun traitement spécial n'a été demandé, juste un soutien pour les faire revenir sur le sol gallois afin qu'ils puissent commencer leur quarantaine".

Cette quarantaine remet d'ailleurs en question le match d'ouverture de l'European Champions Cup, pendant ovalistique de la footballistique Ligue des champions, où Cardiff doit, en théorie, être opposé aux Anglais des Wasps, le 12 décembre prochain.

Les Scarlets et le Zebre avaient, eux, pu quitter l'Afrique du Sud ce dimanche. Les quatre rencontres qui été prévues sur place dans le cadre de la 6e journée, ainsi que la suivante, de l'URC, ont, elles, été reportées.