PUBLICITÉ

Meetings politiques : Eric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon se toisent à distance

(à g.) Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) et Eric Zemmour lors de leurs meetings près de Paris -  le 5 décembre 2021
(à g.) Jean-Luc Mélenchon (La France Insoumise) et Eric Zemmour lors de leurs meetings près de Paris - le 5 décembre 2021 Tous droits réservés AP Photo/Adrienne Surprenant - AP Photo/Rafael Yaghobzadeh
Tous droits réservés AP Photo/Adrienne Surprenant - AP Photo/Rafael Yaghobzadeh
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Repoussé en banlieue parisienne pour des raisons de sécurité, le meeting du candidat d'extrême droite a été perturbé par des heurts violents. Une équipe de journalistes et des militants antiracistes ont dû être évacués.

PUBLICITÉ

Éric Zemmour a réuni plusieurs milliers de partisans ce dimanche au Parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis), pour un premier meeting de campagne censé démontrer la force de sa candidature.
Dans le même temps, Jean-Luc Mélenchon (leader de La France Insoumise) tenait, lui aussi, un meeting à la Défense (Paris).

Meeting d'Eric Zemmour

Ils étaient 13 000 à s'être rassemblés autour de leur candidat, selon les organisateurs. Des chiffres qui interrogent certains journalistes présents dans la salle.

Plus de 400 journalistes ont été accrédités. Avant que le meeting ne démarre, une équipe de l'émission "Quotidien" a été huée par le public aux cris de "et tout le monde déteste Quotidien", avant d'être mise brièvement à l'abri.

Initialement prévu au Zénith, à La Villette, dans le nord-est de Paris, le meeting a finalement été délocalisé à Villepinte, en banlieue. L'équipe d'Eric Zemmour l'explique par "l'engouement populaire", mais admet aussi des raisons de sécurité.

Un dispositif dense a été déployé à Villepinte. Des tensions ont éclaté à la mi-journée entre des dizaines d'opposants à la venue d'Éric Zemmour et les forces de l'ordre, devant la gare du RER.

Des militants de SOS Racisme, présents dans la salle pour dénoncer le "racisme" du candidat, ont été pris à partie violemment par des partisans du polémiste.

A Paris, quelque 2200 manifestants selon la préfecture, 10000 selon les organisateurs, se sont rassemblés dans le calme pour dénoncer la candidature et le discours "raciste" d'Eric Zemmour, à l'appel d'une cinquantaine de syndicats, partis et associations.

Jean-Luc Mélenchon et ses partisans

"Assez d'hésitations, au combat!": le patron de La France insoumise a battu le rappel des troupes ce dimanche à la Défense (Paris).

Le candidat Insoumis, crédité de 7,5 à 10% des intentions de vote dans les sondages, est pour l'instant loin des près de 20% réalisés en 2017.

"On est là ! Après tout ce que vous nous avez fait, on est encore là !", a-t-il clamé en référence à des années mouvementées. A l'Espace grande Arche, il a rassemblé environ 4 500 personnes, selon LFI.

Alors que la gauche part divisée dans la course à l'Elysée, M. Mélenchon a lancé dimanche son "parlement de l'Union populaire", en participant le matin à la première réunion mensuelle de ses 200 membres.

En campagne depuis déjà plus d'un an, il a choisi ce dimanche pour tenir meeting. "Ça renforce notre position : on est là, il n'y a pas que Zemmour, et il n'y a pas que la droite", a estimé auprès de l'AFP Manuel Bompard, directeur de campagne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

France : le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour candidat à l’élection présidentielle

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rend dans l'archipel français

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements